BLANCHE PEYRON : UNE VICTORIEUSE OUBLIEE

Dans Les Victorieuses, roman publié il y a quelques semaines, Laetitia Colombani (auteure de La Tresse), ressuscite Blanche Peyron, une oubliée de l’histoire de la lutte des femmes contre la précarité. Par la même occasion, elle redonne vie à un établissement méconnu du 11ème arrondissement de Paris : le Palais de la Femme. Retour sur ces deux monuments…

Le Palais de la Femme en 1920.

Situé au 94 rue de Charonne, le Palais de la Femme est une victoire sur l’adversité… De 1641 à 1904, le terrain est occupé par un couvent dominicain des Filles de la Croix. Cyrano de Bergerac serait enterré sous la bibliothèque, comme le rapporte Laetitia Colombani dans son roman :

Elle songe à Cyrano, recueillant les confidences de Christian brûlant d’amour pour Roxane. Au Palais, on dit que le véritable Cyrano de Bergerac est enterré ici, quelque part sous la bibliothèque, et non à Sannois comme le prétendent les biographes. Il aurait trouvé refuge dans le couvent jadis établi sur ce terrain, auprès de sa soeur religieuse…

C’est d’ailleurs par un écrit d’une Soeur anonyme de ce couvent des Filles de la Croix que s’ouvre et se referme le récit de Laetitia Colombani :

J’ai voulu me soustraire du monde, pour mieux en faire partie.

Je suis à la fois en son coeur et loin de lui. (…)

Dans ce cloître où le temps a arrêté son cours,

Je ferme les yeux et je prie.

Je prie pour ceux qui en ont besoin,

Ceux que la vie a blessés, entamés,

Laissés sur le bord du chemin.

Je prie pour ceux qui ont froid, qui ont faim,

Qui ont perdu l’espoir, qui ont perdu l’envie.

Je prie pour ceux qui n’ont plus rien. (XIXème siècle)

A croire que cet endroit de Paris était dévolu dès le XVIIème siècle à une lutte contre la pauvreté. Le couvent est détruit en 1904. En 1910, on bâtit une « maison ouvrière » comme il en existe plusieurs déjà à l’époque, pour héberger les ouvriers célibataires de la capitale. En 1914, ces ouvriers célibataires sont mobilisés ; le bâtiment se transforme alors pendant la Grande Guerre en hôpital ; le Ministère des Pensions y installe ensuite ses bureaux ; en 1924, Blanche Peyron, accompagnée de son époux Albin, veut faire de cet édifice imposant un lieu de refuge pour ces femmes déshéritées qu’elle rencontre régulièrement dans Paris. L’hiver est particulièrement rude cette année-là, et les lieux de refuge sont insuffisants pour accueillir le peuple souffrant de la capitale…

BLANCHE PEYRON : SOLDATE OUBLIEE

Blanche et Albin Peyron.

Tant que les femmes pleureront, je me battrai. Tant que des enfants auront faim et froid, je me battrai (…) Tant qu’il y aura dans la rue une fille qui se vend, je me battrai (…) Je me battrai, je me battrai, je me battrai…

William Booth, fondateur de l’Armée du Salut

Et Blanche se bat… Elle a 17 ans quand elle rencontre à Glasgow Catherine Booth Clibborn, la « Maréchale », l’épouse de William Booth. Que faire de sa vie ? Quel sens lui donner ? Comment être utile en ce monde et contribuer, à sa mesure, à le changer ? Ces paroles sont un détonateur pour Blanche. Fille d’une pieuse écossaise et d’un père pasteur français de l’Eglise Libre de Lyon, elle s’engage dans l’Armée du Salut et commence son oeuvre. Gravissant petit à petit les degrés de cette armée qui lutte contre la précarité, elle s’arrête un jour particulièrement froid de l’hiver 1924 devant ce bâtiment immense, et abandonné, de la rue de Charonne à Paris… L’idée d’en faire un Palais de la Femme, pour la femme, pour toutes celles qui dorment dehors et que le sort a meurtries, jaillit et ne la quitte plus. Avec l’aide de son époux, Albin, Blanche réunit, à force de conférences, d’actions diverses, d’appels aux dons de généreux donateurs, 11 millions de francs de l’époque. L’Armée peut offrir un Palais aux plus démunies… Le nom d’un donateur est inscrit sur chaque porte des 630 chambres. L’une d’entre elle porte le nom de « Blanche Peyron ».

Céramique située dans le porche de l’entrée principale.

Le bâtiment est inauguré en 1926. Blanche est nommée Chevalier de la Légion d’Honneur en 1931. Elle s’éteint d’un cancer généralisé en 1933.

Le roman de Laetitia Colombani retrace l’aventure généreuse de Blanche Peyron. Il se referme sur ces mots d’une Soeur du Couvent des Filles de La Croix, qui nous rappellent que le sens d’une vie réside peut-être dans le salut de celle des autres :

Le temps est venu de m’en aller,

En silence, sur la pointe des pieds.

Je n’emporte rien avec moi.

Je n’ai rien créé ici-bas,

Rien construit, rien produit,

Je n’ai rien enfanté.

Ma vie n’a été qu’une étincelle éphémère

Anonyme, comme tant d’autres, oubliées de l’Histoire.

Une petit flamme, infime et dérisoire.

Qu’importe. Je suis là, tout entière,

Dans le souffle de ma prière. (…)

Donnez de votre temps, donnez de votre argent,

Donnez ce que vous possédez,

Donnez ce que vous n’avez pas.

Quand votre heure aura sonné,

Vous vous envolerez vers des cieux inconnus,

Et vous vous sentirez plus légers.

Car je le dis en vérité :

Tout ce qui n’est pas donné est perdu…

image 1

image 2

image 3

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.