COUDEKERQUE BRANCHE. 1918-2018 : LA JEUNESSE DES ECOLES REND HOMMAGE A UNE JEUNESSE SACRIFIEE

Quenau. Pagnol. Brassens. Millon. Chaplin. Courtois. Éluard. La Salle. Sacré Cœur. Tous les élèves de toutes les classes de CM2 de ces écoles primaires de Coudekerque Branche ont accompli leur devoir de mémoire, en participant à une exposition sur le centenaire de l’Armistice de 1918. Et c’est une grande émotion de croiser tous ces enfants, ce matin du 11 Novembre, lors de l’inauguration de la Maison de la Mémoire…

Maison de la Mémoire de Coudekerque Branche.

 

Des enfants qui ont appris ce que c’était que cette Guerre de tranchées, cette « boucherie » qui a sacrifié toute une jeunesse. Et c’est avec un mélange de fierté et de gravité qu’ils ont montré à leurs familles ce qu’ils retenaient, par leurs dessins, de cette Guerre qui devait être la Der des Ders…

Silhouettes de poilus, d’infirmières. Explosions de couleurs pour clamer le « plus jamais ça ! ». Mains qui se serrent pour vanter l’amitié entre les peuples. Colombes de la paix découpées dans des lettres de poilus. Les enfants des écoles ont mis des « mots sur des maux » qu’ils ne veulent pas vivre, comme les a vécus dans sa chair la jeunesse sacrifiée de 14-18…

images : Le Mag∂zoom

SAINT MARTIN : DE L’INDIGNATION A L’AMOUR

En ce moment, ne demandez pas aux enfants ce qui se passe le 11 novembre. Ils vous rétorqueront que ce n’est pas le 11 novembre qui compte, mais le 10 ! La Saint Martin. Fête populaire dans le dunkerquois, certes, mais aussi un peu partout en Europe du Nord. Pourquoi un tel engouement ? Qu’est-ce qui dans la vie du personnage a retenu l’attention du temps et des hommes pour que la figure historique devienne légendaire ?

DU GLAIVE À LA CROSSE

Saint Martin, tout le monde le connaît… ou croit le connaître. En soutane épiscopale pourpre ou mauve, coiffé de sa mitre et tenant sa crosse, on le voit chaque dixième jour de novembre arpenter les rues de nos communes du nord du Nord, accompagné de son inénarrable âne. Et distribuant, pour le bonheur des enfants, croquendoules et folaerts, ou volaeren. Au son de la musique et  des chants que tous reprennent en chœur : « Saint Martin, boit du vin, dans la rue des Capucins ». Voilà la figure pittoresque que le folklore populaire a gardé en mémoire et met en scène chaque année depuis le XIXème siècle.

Mais Martin, dont la vie rocambolesque est racontée par Sulpice Sévère en 395, est un homme, avant tout, et un homme extraordinaire. Aujourd’hui, le Pape François, lui qui rejette les ors et les fastes de l’Église, en aurait fait son conseiller. Et nul doute, que Martin serait l’ami de Pierre Rabhi ou soutiendrait la cause des Indignés. En effet, ce soldat de l’Empire romain finissant (sa vie se déroule sur le IVème siècle), adopte la cause des pauvres et des déshérités par un geste qui en fait un saint avant même sa canonisation :

la cape de Martin

il partage sa cape avec un indigent qui est en train de mourir, littéralement, de froid. Vous me direz, il aurait pu lui filer la cape en entier. Sauf que Martin ne rigolait pas avec le règlement. Et la règle militaire à l’époque voulait que la moitié de l’habit appartînt à l’armée, l’autre au légionnaire. N’empêche qu’il donne, par cette moitié, la totalité de ce qui lui appartient… Pour la petite histoire, le bout de cape en question aurait été acheminé plus tard à la chapelle palatine d’Aix la Chapelle… Ce qui aurait donné d’ailleurs le nom « chapelle » (lieu où l’on garde la c/h/ape du Saint). De  même, Martin donneur de cape aurait été choisi comme patron protecteur des … Capé/tiens.

L’ÉVÊQUE DES PAUVRES

Il épouse alors l’église catholique, balbutiante encore, à cette époque où cultes romains et paganisme font bon ménage dans les campagnes françaises. Il s’entoure du clergé régulier (les moines, qui vivent selon des règles drastiques et dans la pauvreté, comprennent son combat). Le clergé séculier, celui des villes notamment, a trop tendance, à son goût, à

s’installer dans le confort…. L’événement majeur pour lui, et pour la légende dorée qui naîtra ensuite, c’est sa nomination comme évêque de Tours. Quel chemin pour cet homme né en Hongrie et amené à présider le lourd évêché de Tours. Et quelle surprise pour les instances religieuses de Tours quand elles constatent que le nouvel évêque est un homme d’action, qui veut revenir à l’esprit de l’Évangile. Pauvreté et générosité. La loi d’amour quoi. Il se met alors en route. On le croise sur les routes de campagne, visitant les plus humbles, leur apportant la bonne parole. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Sauf que là, l’évêque Martin veut amener à cette loi d’amour des populations rustres, qui pratiquent encore des cultes païens et adhèrent à des croyances superstitieuses. Il arpente ainsi son évêché, mais pas que. Il sillonne les routes du nord, de la France et de l’Europe. Le culte de Saint Martin est très vivace en Belgique et en Allemagne. Comme le prouve cette sculpture contemporaine de Saint Martin, à Mayence, en Allemagne.


Saint Martin à Mayence

L’évêque des pauvres n’est d’ailleurs pas mort sur son siège épiscopal. Il est mort en pleine mission d’évangélisation, à Candes, près de Tours.

UNE TRADITION DUNKERQUOISE

Et c’est au cours d’une de ses nombreuses campagnes d’évangélisation qu’il se serait retrouvé à …Dunkerque. Et là, vous connaissez la légende. Son âne, le cheval du pauvre comme chacun sait, se serait égaré dans les dunes. Les enfants, figures de l’innocence que Martin voulait raviver dans le culte chrétien, l’aident à retrouver la bête. En récompense de leur persévérance à avancer dans l’obscurité guidés par la lumière (celle de la foi ? de l’amour?), l’homme pieux accomplit un miracle : il transforme les crottes de l’humble animal en petits pains… Observez bien le cortège qui suit Saint Martin : bien souvent, il est emmené par 4 porteurs de flambeaux… Symboles des 4 Evangiles que voulait répandre autrefois l’homme saint et qui le guidaient dans les ténèbres de l’ignorance… ?


La_fete SAINT MARTIN_a_Dunkerque

ENTRE OMBRE ET LUMIÈRE

Une fête de la lumière. Aussi. Vaincre l’obscurité naissante de l’hiver qui s’approche en cheminant, lanterne à la main. C’est un avant goût du solstice d’hiver, au mitant de l’année, qui annonce le retour progressif de la lumière. La Saint Martin serait comme une répétition générale de ce grand spectacle. Alors, le 10 novembre, au cœur du cortège de lampions, de betteraves et des enfants illuminés de joie, souvenons-nous un peu de cet homme qui, avant d’être un frère de Saint Nicolas et un vieil oncle du père Noël, fut un homme d’amour qui savait s’indigner…

image 1

image 2

image 3

 

LES OUBLIES DE LA MER NOIRE. 1918-1919. UN RECIT ET UNE EXPO.

Mer Noire. C’est le titre d’un récit décapant de César  Fauxbras, alias Gaston Kléber Sterckeman, Rosendaëlien né à Dunkerque en 1899 et mort en 1961. Dans ce récit inspiré de son expérience de marin pendant la Première Guerre mondiale, le narrateur personnage Vignes se fait le porte parole de l’auteur qui raconte cette drôle de campagne en Mer noire de juillet 1918 à mai 1919. Il dénonce les actes barbares de ce drôle d’épilogue à la Guerre qui devait être la Der des der,  les mensonges de Clémenceau, les aberrations d’une alliance contractée entre la France et la Russie blanche de Nicolas II qui se traduit par une mission impossible : mater la Révolution russe des Bolcheviks entamée en 1917. Dans cet ultime épisode de la Première Guerre mondiale, méconnue du grand public, les soldats de la Marine Française sympathisent avec le petit peuple russe et osent se mutiner. Mer noire. À lire, et à voir. Les étudiants de  2ème année de DUT TC de l’ULCO, sous la houlette de leur professeure Justine Jotham,  se sont emparés de ce récit pour nous proposer une exposition interactive. Images et son : aux photos et autres vestiges visibles, témoins de cette victoire de la fraternité entre les peuples contre les intérêts financiers des dirigeants, s’ajoutent de nombreux extraits du texte de Fauxbras enregistrés par les étudiants eux-mêmes…

invitation expo

Et pour avoir un avant goût de ce qu’on pourra entendre, voici quelques extraits de ce récit incisif, lus par les étudiants…

Cet extrait, pour faire connaissance avec Vignes, et avec son insolence de soldat révolté par la mission qu’on leur a confiée, à lui et à ses frères d’armes :

 

 

Dans celui-ci, le récit de la mutinerie d’avril 1919…

 

Dans cet autre, on nous raconte comment l’amiral français envoie des troupes pour tirer sur ses propres hommes… :

 

Bilan de cette drôle de guerre…

 

« Camarades soldats français, vous êtes trompés par votre gouvernement impérialiste. Les bolcheviks ne sont pas des bandits, ils sont travailleurs, ouvriers, exactement vos frères de misère. Nous luttons contre la classe capitaliste qui est la cause des ennemis du peuple, aussi bien en Russie qu’en France. C’est à cette classe que votre gouvernement obéit, et quand vous combattez avec les volontaires qui sont la lie, la tourbe, les serviteurs de Nicolas deuxième, vous faites trahison à votre classe, la classe ouvrière. Vous devez, au contraire, aider la République des Soviets et la Révolution Rouge, elle vous délivrera de l’esclavage capitaliste. Nous vous disons, camarades soldats français prolétaires : Vive la Révolution Sociale, à bas les brigands capitalistes de toutes les Nations ! » Extrait de Mer Noire, César Fauxbras.

Un propos étrangement moderne, qui résonne avec encore beaucoup de justesse un siècle après…

Dunkerque, du 26 octobre au 22 novembre, découvrez l’exposition César Fauxbras : destination Mer noire. Vernissage le 5 novembre à  18h. 
Page facebook de la BULCO : ici.

 

KERITH

Que se cache-t-il sous ce nom mystérieux ? Moniales subjuguées, incubes et succubes, moine fascinant, mondes parallèles où une réalité médiévale fantasmée cohabite avec les rêves hallucinés générés par une plante mystérieuse… La jeune réalisatrice dunkerquoise Ysé Le Bellec s’est inspirée de l’essai de Jules Michelet,  La Sorcière, et du roman gothique  Le Moine de M.G. Lewis, pour nous proposer une web série originale et fascinante : Kerith . Un « made in » Dunkerque unique. Une web série pas comme les autres, à découvrir le mercredi 3 octobre à Lille au cinéma l’Univers à 19h30, le  dimanche 7 octobre à 18h au Studio 43 à Dunkerque, et le 8 octobre à 21h sur internet en direct sur Twitch, puis sur YouTube…

21762663_163043464277273_4526703067676535566_o
Ghazal Zati dans le rôle de Kérith.

Une vingtaine de journées de tournage. Autant de figurants. Dix épisodes. Sept personnages. L’Atelier couture du CCAS de Dunkerque pour les costumes. La Chartreuse de Neuville sous Montreuil. Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke. La plage. Les bois et les eaux de Clairmarais. Des crépuscules à couper le souffle. Un froid de canard. Bref, Kerith est une production 100% locale, qui met en valeur autant les lieux de notre région que les talents locaux.

Clairmarais Kerith et Avdi
Kérith et Aavdi sur le site de Clairmarais

C’est aussi une « entreprise » familiale. Ysé Le Bellec à la conception, à l’écriture du scénario, à la caméra et au montage. Patrick, le papa, à l’éclairage, la régie et auprès de sa talentueuse fille pour le montage. Le matériel en partie prêté par Canasucre Productions. La maman, Nathalie Lagréga, à la régie,  à l’intendance, et dans un rôle de moniale. La petite sœur, Esther, dans la figuration. Et toute une troupe de copains et de copines pour assurer le reste. Ghazal Zati (Kerith), Félicien Graugnard (Isidore), Arthur Hubert (Ephialtès/Aavdi), Jeanne Duval (Aleka), Didier Cattoen (Burkhard)Cécile Deroubaix (Mara)Marjorie Tricot (Elvire). Des marionnettes et des masques d’une étrange beauté, réalisations de Pedro Cobra, Larissa Miyashiro, Romane Leleux et Aude Crépin. Et des musiques sublimes, originales, composées par Joshua Bousseau et  Franck Di Razza, qui n’ont pas à rougir des airs de Hildegarde de Bingen et de Bernard de Ventadour habillant d’un charme égal l’intrigue de Kerith

tournage
A gauche, Patrick et Ysé Le Bellec

L’intrigue justement. Laissons Ysé nous raconter :  » Le point de départ du scénario est ma lecture de l’œuvre de Michelet, La Sorcière. Œuvre étrange qui oscille entre pertinences et lacunes historiques, pure fiction et essai sociétal. Cet aspect m’a beaucoup plu : emprunter à l’Histoire sans chercher l’exactitude historique. » Ysé a voulu « étudier le cas de la sorcière sous l’angle féministe. Pourquoi y a-t-il eu une chasse aux sorcières ? Qui étaient les victimes ? Pourquoi certaines femmes se revendiquent-elles sorcières ?
J’ai voulu raconter l’histoire d’une femme exploratrice de l’imaginaire. Puisque je remarque que la religion a une grande importance en fantasy et dans l’histoire de la sorcellerie, j’ai choisi de la mettre au cœur de cette première saison. Si elle tient une place évidente dans le genre c’est peut être, au delà du fait qu’elle joue un grand rôle dans l’accusation de sorcellerie, parce qu’elle crée ses propres monstres, ses propres miracles. Ce scénario est une sorte de récit initiatique de Kerith, sorcière en puissance, qui devra remettre en question ses certitude et essayer de sortir du monastère où les portes sont grandes ouvertes mais si difficiles à franchir. »

Mara Cécile Deroubaix
Mara (Cécile Deroubaix), au Fort des Dunes

« On est allé jusqu’au bout du projet. Pas de barrière, pas de limite. On n’a pas cherché à plaire aux spectateurs. On a voulu montrer autre chose, autrement. On ne s’est pas préoccupé du comment le film allait être reçu. Décontenancer le spectateur, le laisser se perdre et se retrouver au fil de l’intrigue et des images, c’est respecter sa liberté. » Caméra portée avec lumière et son direct en décors réels. « Cette esthétique rend la caméra très présente, elle est impliquée dans le récit, elle n’est pas passive. Je ne souhaite pas créer de distance avec les situations et les acteurs mais au contraire avoir un filmage plutôt rentre-dedans. Je ne veux pas faire oublier au spectateur qu’il y a une équipe qui a œuvré à fabriquer cette série et je souhaite donc jouer avec les imperfections, les imprévus et les erreurs. Enfin, ce parti pris filmique permet de cadrer au plus proche des acteurs, d’avoir un filmage plus sensuel, plus charnel. Je souhaite dépasser les archétypes par un onirisme assumé à travers la lenteur, la contemplation et les trucages à l’ancienne inspirés du cinéma fantastique de Méliès, Carné et de Cocteau. Je propose donc un cadre d’expérimentation entre le récit d’un Moyen-Âge fantasmé et un filmage brutal et onirique. » De sa voix douce, posée, Ysé Le Bellec expose son intention. Calme légendaire et sérénité de cette toute jeune réalisatrice qui ne perd jamais son sang froid, même quand les aléas du quotidien la rattrapent et gênent parfois le tournage. « Quand on a tourné au Fort des Dunes, nous n’avions pas anticipé la présence d’un stand de tirs à proximité… Il a fallu beaucoup de patience et beaucoup de génie à Franck di Razza pour prendre le son puis retirer les scories au mixage… ». Une autre fois, c’est un piège à renards dissimulé dans une botte de paille qui donne un coup de sang à l’équipe… Une autre fois encore, c’est la perche qui se casse la figure… Et puis, il y a ces longues tirades -tour de force de mémorisation pour Jeanne Duval- qu’il faut répéter jusqu’à 14 fois, entre fous rires et cadrage à rectifier… Et puis, il y a les crépuscules du matin et du soir, soleil irradiant la plaine de sa rougeoyante clarté…

Jeanne Duval Soleil levant
Aleka (Jeanne Duval) au soleil couchant…

Le résultat est époustouflant. Intrigant. Étrange. Et vaut la peine d’être goûté. Rendez-vous le 6 octobre sur la chaîne YouTube de KERITH…

La page Facebook de Kérith : ici.

Le site de Canasucre Productions : .

Le site du Studio 43 : ici.

Images : Ysé Le Bellec et son équipe. Qu’ils en soient tous remerciés !

 

 

 

 

 

 

VINGT ET TROIS ETRANGERS ET NOS FRERES POURTANT…

Arsène Tchakarian est mort… Sa disparition, comme celle du dernier poilu français, Lazare Ponticelli en 2008, marque un tournant dans l’Histoire. Un des dernier acteurs de la Résistance à l’Occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale se retire de notre monde emmenant ses souvenirs avec lui… Des traces cependant nous restent pour transmettre aux générations futures le souvenir d’un homme, étranger, arménien d’origine, qui donna sa vie pour libérer la France. Rescapé du Groupe Manouchian. Immigrés Résistants, Francs Tireurs et Partisans. Fusillés par les Allemands au Mont Valérien le 21 février 1944, quelques mois seulement avant la Libération de Paris. Ceux que les nazis voulaient faire passer pour des terroristes, à travers la propagande de l’Affiche rouge, sont morts en martyres pour la France. Il est urgent de témoigner…

Affiche_rouge
L’Affiche rouge, affiche de propagande nazie : on fait passer pour des terroristes les membres du groupe Manouchian, immigrés arméniens, Résistants, Francs Tireurs et Partisans, fusillés en 1944.

Il nous reste la dernière lettre de Manouchian à sa femme. Tombeau d’émotions. 

Ma Chère Mélinée, ma petite orpheline bien-aimée,

Dans quelques heures, je ne serai plus de ce monde. Nous allons être fusillés cet après-midi à 15 heures. Cela m’arrive comme un accident dans ma vie, je n’y crois pas mais pourtant je sais que je ne te verrai plus jamais.
Que puis-je t’écrire ? Tout est confus en moi et bien clair en même temps.

Je m’étais engagé dans l’Armée de Libération en soldat volontaire et je meurs à deux doigts de la Victoire et du but. Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté et de la Paix de demain. Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement. Au moment de mourir, je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand et contre qui que ce soit, chacun aura ce qu’il méritera comme châtiment et comme récompense.

Le peuple allemand et tous les autres peuples vivront en paix et en fraternité après la guerre qui ne durera plus longtemps. Bonheur à tous… J’ai un regret profond de ne t’avoir pas rendue heureuse, j’aurais bien voulu avoir un enfant de toi, comme tu le voulais toujours. Je te prie donc de te marier après la guerre, sans faute, et d’avoir un enfant pour mon bonheur, et pour accomplir ma dernière volonté, marie-toi avec quelqu’un qui puisse te rendre heureuse. Tous mes biens et toutes mes affaires je les lègue à toi à ta sœur et à mes neveux. Après la guerre tu pourras faire valoir ton droit de pension de guerre en tant que ma femme, car je meurs en soldat régulier de l’armée française de la libération.

Avec l’aide des amis qui voudront bien m’honorer, tu feras éditer mes poèmes et mes écrits qui valent d’être lus. Tu apporteras mes souvenirs si possible à mes parents en Arménie. Je mourrai avec mes 23 camarades tout à l’heure avec le courage et la sérénité d’un homme qui a la conscience bien tranquille, car personnellement, je n’ai fait de mal à personne et si je l’ai fait, je l’ai fait sans haine. Aujourd’hui, il y a du soleil. C’est en regardant le soleil et la belle nature que j’ai tant aimée que je dirai adieu à la vie et à vous tous, ma bien chère femme et mes bien chers amis. Je pardonne à tous ceux qui m’ont fait du mal ou qui ont voulu me faire du mal sauf à celui qui nous a trahis pour racheter sa peau et ceux qui nous ont vendus. Je t’embrasse bien fort ainsi que ta sœur et tous les amis qui me connaissent de loin ou de près, je vous serre tous sur mon cœur. Adieu. Ton ami, ton camarade, ton mari.

Manouchian Michel.

En 1955, Aragon s’inspire de la lettre de Manouchian pour rédiger les Strophes pour se souvenir :

Strophes pour se souvenir

Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant.

Louis Aragon, Le Roman Inachevé

Samedi 4 août dernier, Arsène Tchakarian est mort… Souvenons-nous…

FRANCE-ARMENIA-WWII-RESISTANCE-MANOUCHIAN-TCHAKARIAN
Arsène Tchakarian

image 1

image 2 : photo de JOEL SAGET, AFP.

ROMEO ET JULIETTE, RATTRAPAGE…

50 musiciens, 50 choristes, 12 danseuses, 4 solistes et 3 Parques. Roméo et Juliette, Espace Jean Vilar de Coudekerque Branche. Si vous avez raté l’événement exceptionnel des 15 et 16 juin derniers, une séance unique de rattrapage, ici…

Photo de Pierre Thouvenot, Orion Productions

 

Montage réalisé par Amandine Plancke, photographe et vidéaste de la ville de Coudekerque Branche.

LE LUNDI A CASSEL

La saison carnavalesque est terminée ? Pas tout-à-fait. Il reste quelques bandes, ici ou là dans certains villages de la campagne flamande. Et surtout il reste un carnaval. Le dernier. Pas une bande. Ni un bal. Un événement particulier. Unique en Flandre. C’est un lundi. Et c’est pas la Citadelle. C’est le Lundi de Pâques à Cassel. Vous ne connaissez pas cette manifestation haute en couleurs et en bonne humeur ? On vous la fait découvrir ici.

Affiche ancienne pour le Carnaval d'été de Cassel.
Affiche ancienne pour le Carnaval d’été de Cassel.

UN LUNDI AU SOLEIL

Un carnaval d’été un lundi de Pâques ? Y’aurait pas comme un meshplek dans le calendrier ? C’est vrai que Pâques, c’est au printemps. Bernard Minne, Tambour Major au cœur gros comme ça, nous donne la clé de ce mystère calendaire : en 1929, quand les intempéries particulièrement rigoureuses de l’hiver empêchent les Casselois de sortir les géants pour le traditionnel carnaval de Mardi Gras, Les Amis du Reuze cherchent une date pour reporter les festivités. La seule qui convienne : le lundi de Pâques. Qu’à cela ne tienne : cette année-là, on fêtera le dernier jour avant Carême, quand celui-ci sera terminé ! Sauf que ce lundi de Pâques-là, il a fait plus de 30 degrés ! Au point que les brasseurs se sont retrouvés en rupture de stocks pour abreuver les carnavaleux déshydratés ! Depuis, non seulement on a conservé cette date pour « remettre ça » après le carnaval d’hiver, mais on a aussi conservé cette appellation de « carnaval d’été » au printemps !

LES CASSEROLES DE CASSEL

Et le premier  temps fort de cette pittoresque  journée est le Réveil. Pas de grasse matinée. À 6 heures précises, le Tambour Major lève sa canne, donne le coup de sifflet et le coup d’envoi de ce concert de tambours, de cymbales et autres casseroles en tous genres. Joyeuse bande bruyante, bigarrée et souriante qui défile dans les rues de la ville pour chasser les mauvais esprits et les esprits bougons. Ici, on sait se lever tôt pour perpétuer la tradition et faire la fête ! Un avant goût de cette très matinale avant bande :

Vous avez vu le sourire lumineux de la cantinière ? Isis Mahieu officie depuis 20 ans maintenant. Mais le plus rayonnant, c’est le Tambour Major : vous avez vu comme il est beau ? Et unique ! Rien à voir avec les autres meneurs de bandes, à chako poilu et redingote napoléonienne. Ici, le rouge est de rigueur. Et le chapeau exceptionnel. Sur le devant, l’effigie de Reuze Papa, Géant protecteur de Cassel, et sur l’arrière le fameux Pierrot des vieilles affiches carmin annonçant l’événement. Celui que porte Bernard Minne date de 1967 ; c’est son père, Marceau Minne, qui l’avait arrangé un peu avant de lui léguer à sa mort. Bernard se souvient de ses sœurs découpant des affichettes et les collant sur ce chef d’œuvre de couvre chef. Une affaire de famille.

Carnaval du Lundi de Paques - Reveil et Bande des Arlequins
Vincent Minne aide son père, Bernard, à ajuster cet unique couvre chef de Tambour Major.

LA DANSE DES GÉANTS

C’est vrai qu’il y a la bande des Arlequins, vers 10h ;  ainsi appelée parce qu’autrefois la plupart de ceux qui y prenaient part se déguisaient en Arlequin, personnage typique du carnaval de Venise.  C’est vrai qu’il y a le Four Merveilleux, qui promène à travers la cité  le docteur Kakiskoff, son diable, ses mitrons et ses musiciens pour rajeunir les vieux et redresser les bossus.

C’est vrai qu’il y a ces groupes venus de toute la Flandre, et parfois de contrées très lointaines,  harmonies, lanceurs de drapeaux, Gilles de Binche, majorettes et autres danseurs pour mêler au rouge et au blanc de Cassel les couleurs des autres traditions folkloriques.

C’est vrai. Mais la sortie des seigneurissimes Reuze Papa, le plus ancien des géants du Nord (créé en 1827), et Reuze Maman, géants de Cassel, classés par l’UNESCO au titre de Monuments Historiques depuis 2000, ça vous transporte et ça vous remplit de joie. Vous retrouvez votre âme d’enfant, et vous vous surprenez à chantonner la Reuze Lied, composée en 1882, par Auguste Taccoen, chef de l’Harmonie de l’époque. Pendant que les Grosses Têtes qui les précèdent s’amusent à effrayer les enfants, Reuze Papa et Reuze Maman dansent.

Et leur danse, solennelle et infiniment renouvelée, vous réconcilie avec les joies simples de la Tradition. Au sens premier du terme. Les valeurs qu’on porte et qu’on transmet. Alors on danse. Avec les géants. Et on danse le renouveau de la nature et de la vie dans ce printemps casselois. On danse l’amour et la joie de vivre. Tout simplement. Y en a qui dansent et qui transpirent : les porteurs. Ils sont une douzaine à se relayer. Toute la journée. Peut-être croiserez-vous Vincent Minne, le fils du Tambour Major, qui, en digne fils de son père,  promis à conduire le Réveil et la bande quand Bernard lui confiera sa canne, porte le Reuze.

Bernard Minne, Tambour Major, regarde avec fierté et bienveillance son fils Vincent qui prendra un jour la relève...
Bernard Minne, Tambour Major, regarde avec fierté et bienveillance son fils Vincent qui prendra un jour la relève…

Mais le plus beau, et ça c’est Bernard Minne lui-même qui le dit, c’est la rentrée des Géants. Je lui laisse la parole pour conclure :

A Cassel, y en a pour tous les goûts. Tout est beau. Mais le plus beau, c’est la rentrée des géants. Tout bon Flamand doit voir la rentrée des Géants pour ne pas mourir idiot. La lumière des torches dans le soir, les reflets des Géants sur les façades, c’est magnifique.

 Alors, rendez-vous à Cassel, lundi 28 mars dès 6h du matin, et jusqu’au soir, pour un carnaval d’été … au printemps !

image 1 : reproduction LeMag@zoom.

image 2

image 3