LE LUNDI A CASSEL

La saison carnavalesque est terminée ? Pas tout-à-fait. Il reste quelques bandes, ici ou là dans certains villages de la campagne flamande. Et surtout il reste un carnaval. Le dernier. Pas une bande. Ni un bal. Un événement particulier. Unique en Flandre. C’est un lundi. Et c’est pas la Citadelle. C’est le Lundi de Pâques à Cassel. Vous ne connaissez pas cette manifestation haute en couleurs et en bonne humeur ? On vous la fait découvrir ici.

Affiche ancienne pour le Carnaval d'été de Cassel.
Affiche ancienne pour le Carnaval d’été de Cassel.

UN LUNDI AU SOLEIL

Un carnaval d’été un lundi de Pâques ? Y’aurait pas comme un meshplek dans le calendrier ? C’est vrai que Pâques, c’est au printemps. Bernard Minne, Tambour Major au cœur gros comme ça, nous donne la clé de ce mystère calendaire : en 1929, quand les intempéries particulièrement rigoureuses de l’hiver empêchent les Casselois de sortir les géants pour le traditionnel carnaval de Mardi Gras, Les Amis du Reuze cherchent une date pour reporter les festivités. La seule qui convienne : le lundi de Pâques. Qu’à cela ne tienne : cette année-là, on fêtera le dernier jour avant Carême, quand celui-ci sera terminé ! Sauf que ce lundi de Pâques-là, il a fait plus de 30 degrés ! Au point que les brasseurs se sont retrouvés en rupture de stocks pour abreuver les carnavaleux déshydratés ! Depuis, non seulement on a conservé cette date pour « remettre ça » après le carnaval d’hiver, mais on a aussi conservé cette appellation de « carnaval d’été » au printemps !

LES CASSEROLES DE CASSEL

Et le premier  temps fort de cette pittoresque  journée est le Réveil. Pas de grasse matinée. À 6 heures précises, le Tambour Major lève sa canne, donne le coup de sifflet et le coup d’envoi de ce concert de tambours, de cymbales et autres casseroles en tous genres. Joyeuse bande bruyante, bigarrée et souriante qui défile dans les rues de la ville pour chasser les mauvais esprits et les esprits bougons. Ici, on sait se lever tôt pour perpétuer la tradition et faire la fête ! Un avant goût de cette très matinale avant bande :

Vous avez vu le sourire lumineux de la cantinière ? Isis Mahieu officie depuis 20 ans maintenant. Mais le plus rayonnant, c’est le Tambour Major : vous avez vu comme il est beau ? Et unique ! Rien à voir avec les autres meneurs de bandes, à chako poilu et redingote napoléonienne. Ici, le rouge est de rigueur. Et le chapeau exceptionnel. Sur le devant, l’effigie de Reuze Papa, Géant protecteur de Cassel, et sur l’arrière le fameux Pierrot des vieilles affiches carmin annonçant l’événement. Celui que porte Bernard Minne date de 1967 ; c’est son père, Marceau Minne, qui l’avait arrangé un peu avant de lui léguer à sa mort. Bernard se souvient de ses sœurs découpant des affichettes et les collant sur ce chef d’œuvre de couvre chef. Une affaire de famille.

Carnaval du Lundi de Paques - Reveil et Bande des Arlequins
Vincent Minne aide son père, Bernard, à ajuster cet unique couvre chef de Tambour Major.

LA DANSE DES GÉANTS

C’est vrai qu’il y a la bande des Arlequins, vers 10h ;  ainsi appelée parce qu’autrefois la plupart de ceux qui y prenaient part se déguisaient en Arlequin, personnage typique du carnaval de Venise.  C’est vrai qu’il y a le Four Merveilleux, qui promène à travers la cité  le docteur Kakiskoff, son diable, ses mitrons et ses musiciens pour rajeunir les vieux et redresser les bossus.

C’est vrai qu’il y a ces groupes venus de toute la Flandre, et parfois de contrées très lointaines,  harmonies, lanceurs de drapeaux, Gilles de Binche, majorettes et autres danseurs pour mêler au rouge et au blanc de Cassel les couleurs des autres traditions folkloriques.

C’est vrai. Mais la sortie des seigneurissimes Reuze Papa, le plus ancien des géants du Nord (créé en 1827), et Reuze Maman, géants de Cassel, classés par l’UNESCO au titre de Monuments Historiques depuis 2000, ça vous transporte et ça vous remplit de joie. Vous retrouvez votre âme d’enfant, et vous vous surprenez à chantonner la Reuze Lied, composée en 1882, par Auguste Taccoen, chef de l’Harmonie de l’époque. Pendant que les Grosses Têtes qui les précèdent s’amusent à effrayer les enfants, Reuze Papa et Reuze Maman dansent.

Et leur danse, solennelle et infiniment renouvelée, vous réconcilie avec les joies simples de la Tradition. Au sens premier du terme. Les valeurs qu’on porte et qu’on transmet. Alors on danse. Avec les géants. Et on danse le renouveau de la nature et de la vie dans ce printemps casselois. On danse l’amour et la joie de vivre. Tout simplement. Y en a qui dansent et qui transpirent : les porteurs. Ils sont une douzaine à se relayer. Toute la journée. Peut-être croiserez-vous Vincent Minne, le fils du Tambour Major, qui, en digne fils de son père,  promis à conduire le Réveil et la bande quand Bernard lui confiera sa canne, porte le Reuze.

Bernard Minne, Tambour Major, regarde avec fierté et bienveillance son fils Vincent qui prendra un jour la relève...
Bernard Minne, Tambour Major, regarde avec fierté et bienveillance son fils Vincent qui prendra un jour la relève…

Mais le plus beau, et ça c’est Bernard Minne lui-même qui le dit, c’est la rentrée des Géants. Je lui laisse la parole pour conclure :

A Cassel, y en a pour tous les goûts. Tout est beau. Mais le plus beau, c’est la rentrée des géants. Tout bon Flamand doit voir la rentrée des Géants pour ne pas mourir idiot. La lumière des torches dans le soir, les reflets des Géants sur les façades, c’est magnifique.

 Alors, rendez-vous à Cassel, lundi 28 mars dès 6h du matin, et jusqu’au soir, pour un carnaval d’été … au printemps !

image 1 : reproduction LeMag@zoom.

image 2

image 3

ROMEO, JULIETTE ET TOUS LES AUTRES…

60 musiciens, 50 choristes, une douzaine de danseuses, quelques solistes… Ils sont donc tout un petit peuple de jeunes de l’École Municipale de Musique et de Danse de Coudekerque Branche à travailler depuis des semaines sur leur nouveau projet de spectacle musical. Roméo et Juliette. Dans les coulisses de l’événement… Par ici…

 

Sébastien chorale
Sébastien Blanquart dirige la chorale.

 

 

chorale
Les enfants de la chorale chantent Roméo et Juliette…

 

Roméo et Juliette. Tout le monde connaît. Un amour fou. Un amour malheureux. Deux familles qui se haïssent depuis toujours. Montaigu. Capulet. Une lettre qui n’arrive jamais. Et deux jeunes gens qui en meurent. Depuis 1582, la pièce de Shakespeare a fait des émules. Des versions cinématographiques de Cukor (1936), de  Zefirelli (1968) et de Luhrmann (1996), aux 24 opéras que les amants de Vérone ont inspirés, en passant par l’adaptation géniale qu’en fut West Side Story en 1957 ou la populaire version française de Gérard Presgurvic en 2001. Les jeunes musiciens, chanteurs, danseurs et comédiens de l’École Municipale de Musique et de Danse de Coudekerque Branche avaient l’embarras du choix pour composer leur spectacle à eux… Sans trop dévoiler, disons qu’ils se sont abreuvés à ces différentes sources, pour préparer ainsi un spectacle unique. Exceptionnel.

 

répétition danse Valérie
Les danseuses, sous la direction de la chorégraphe Valérie Pottier.

 

 

danseuses
Les danseuses écoutent les directives données…

 

Images. Voix. Chorégraphies. Chants. Musique. Tout y est. Les pièces du puzzle s’assemblent petit à petit. Les chants ici, sous la conduite du chef de chœur Sébastien Blanquart. Là les mélodies arrangées par Ludovic Minne et travaillées sous sa baguette par l’orchestre des jeunes de l’école. Plus loin les chorégraphies élaborées par Valérie Pottier. Les surprises en images concoctées par Amandine Plancke. Le travail d’interprétation des solistes, mené par Marjorie Tricot

groupe voix off
Les comédiens ont enregistré des voix off, sous la direction de Marjorie Tricot.
Enregistrement Roméo et Juliette 24-02-18 - Photo Pierre Thouvenot (48)
Emy, Apolline et Chiara en séance d’enregistrement.

Roméo. Julette. Tybalt. Mercutio. Capulet Père. Et même la Mort, qui s’invite dans un étrange trio…

Louis, Louise, Emy, Tristan, Prielle, Shirelle, Apolline, Chiara, Léonie, Maéva, Alicia, Rosie, Margot, Marius, Rose, Antoine, Léa, Baptiste, Ange, Timotée, Roméo, Juliette et tous les autres… Venez les  applaudir en juin…

EPSON MFP image

Roméo et Juliette, spectacle musical, vendredi 15 juin 2018, samedi 16 juin 2018, 20h, Espace Jean Vilar de Coudekerque Branche.

Photos de Amandine Plancke, photographe de la ville de Coudekerque Branche, et de Pierre Thouvenot, Studio d’enregistrement Orion Productions. Qu’ils en soient remerciés ! Affiche officielle, Service communication de la ville de Coudekerque Branche, merci à Madeleine Vandewalle !

 

LES APPRENTIS CONFERENCIERS DE LA REPUBLIQUE DU SAVOIR

Ils s’appellent Igor, Léanna, Pierre, Joris, Lisa, Ella, Alicia, Eva, Khwalla et François. Ils sont élèves de 1ère ou de terminale des Lycées Angellier, de L’Europe, du Noordover ou  Sophie Berthelot. Ils ont rencontré Romain Ducoulombier, Président de la République du Savoir. Et les voilà, grâce à leur enthousiaste mentor,  propulsés conférenciers l’espace d’une journée à la Halle aux Sucres… Entre Rêves et Cauchemars, la jeunesse s’invite à la table des savoirs…

Invitation

La République du Savoir est née de l’envie de transmettre. Pas seulement des savoirs, mais aussi un savoir faire : l’art de la conférence. Se pencher sur un sujet, problématiser, explorer des univers et des bibliographies, structurer une pensée et construire une intervention devant un public. Mieux qu’une épreuve orale de bac.  C’est à cet art que se sont livrés quelques lycéens du littoral. D’abord afin de soumettre leur projet au conseil de la République du Savoir. Ensuite, pour les 9 élèves sélectionnés, afin de préparer leur conférence du mercredi 28 mars prochain. Pour leurs professeurs, engagés dans cette République-là, c’est donner l’envie de s’interroger, de se passionner et de transmettre. Arnaud Dubois et Loïc Figoureux du Lycée Angellier. Stanislas Kuttner-Homs du Lycée Sophie Berthelot. Stéphanie Paix du Lycée du Noordover. Olivier Owczarek du Lycée de l’Europe. Enseignants en Histoire-Géographie et en Lettres classiques. Avec à leur tête  Romain Ducoulombier. Professeur agrégé d’histoire au Lycée Angellier, ce passionné, et spécialiste incontesté, de la question communiste (il a publié 5 ouvrages sur le thème à retrouver ici), souhaite sortir de la classe, emmener ses élèves, et ses collègues, plus loin que l’horizon des examens.

L’édition 2017 fut un succès. Héros et Monstres avaient permis aux élus de l’année dernière d’explorer ce thème dans tous les sens de l’histoire, de la littérature et de la société : de Héraklès à Harry Potter, entre États Unis et Europe, de Wonder Woman à Jean Jaurès… Et cerise sur le gâteau :  c’est Annette Wieviorka, historienne et directrice de recherches émérite du CNRS, qui avait clôturé la journée par une intervention sur « Héros et Monstres : l’exemple de la Shoah ». Les actes de ce colloque sont d’ailleurs publiés et disponibles ici.

Cette année, les lycéens, guidés par leurs professeurs, se sont attelés aux « Rêves et Cauchemars »… À travers la musique, le langage, l’histoire, le climat, les migrations… Demandez le programme :

Programme

L’ambition de la République du Savoir ? Étendre son action à l’ensemble des lycées du département… pourquoi pas de la Région. Même si l’association, et les professeurs, ont reçu le soutien de la D.A.A.C. (Délégation Académique aux Arts et à la Culture), et des proviseurs des lycées concernés (notamment de M. Feryn, proviseur du Lycée Angellier), il leur manque des moyens pour mettre en œuvre cette ambition. D’où la possibilité de devenir adhérent de l’association en prenant contact . D’où la possibilité d’acheter les actes du colloque de l’année dernière, ici. D’où la possibilité d’assister à cette manifestation, pacifique, de la République du Savoir et d’en rencontrer tous les admirables ministres : 

Mercredi 28 mars 2018, dès 9h00, à La Halle aux Sucres, http://www.halleauxsucres.fr

Page Facebook des Lycéens de la République du Savoir : .

 

FENETRE SUR COUR. QUAND CAMBRON REGARDE PROUST QUI REGARDE LES HOMMES

Cabaret Catleya. L’Étranger dans la maison. Les Souliers de la Duchesse. Et aujourd’hui : Fenêtre sur cour. 4ème opus proustien pour Maxence Cambron et la Cie des Arpenteurs. Cet arpentage-ci nous propose de nous mettre à la fenêtre et d’observer, comme le narrateur de La Recherche du Temps perdu, les allées et venues de tous les barons de Charlus qui peuplent notre humanité…

Évidemment, avec un titre pareil, on se figure immédiatement James Stewart coincé dans son appartement de Greenwich Village à cause d’une jambe cassée et témoin-enquêteur des drôles d’histoires qui agitent ses voisins d’en face. Les seuls points communs entre le film d’Hitchcock et cette création qui s’imprègne de Sodome et Gomorrhe, 4ème tome de La Recherche, c’est la position de voyeur du narrateur. Et les fenêtres, aussi. Évidemment. Celles-ci sont figurées par une douzaine de stores vénitiens, qui invitent aux différents points de vue…. Celui du narrateur  sur le Baron de Charlus. Celui de Charlus sur Jupien, giletier « qui n’aime que les vieux messieurs ». Celui du vieux baron sur le narrateur lui-même. Celui de Maxence Cambron sur ces 30 pages d’une œuvre qui en compte près de 2000. Celui des spectateurs sur le monde de l’homosexualité et sur les relations humaines plus généralement. Celui du public sur la création en cours. Celui des acteurs sur les spectateurs… Mise en abîme, de fenêtre en fenêtre… Dans ce spectacle,  l’éveil du regard et la notion de point de vue sont essentiels, vous l’aurez compris.

 

28423544_10155285620898344_2715710165702727071_o
Fenêtre sur cour, d’après Sodome et Gomorrhe de Marcel Proust

 

Regard et point de vue de l’individu sur l’autre. Maxence Cambron explore les zones d’ombre de l’être humain, entre les lignes de  Proust. La jalousie, l’infidélité dans Cabaret Catleya. L’antisémitisme, l’hypocrisie, la méchanceté dans L’Étranger dans la maison. L’antisémitisme, encore, la vanité, le cynisme, dans Les Souliers de la Duchesse. L’autre, cet inconnu qui fait peur. Parce qu’il est homosexuel, par exemple. Parce que sa sexualité est différente. Fenêtre sur cour. Il s’agit bien sûr de la cour de l’Hôtel de Guermantes, dans laquelle les trajets de Charlus sont épiés. Il s’agit aussi de la cour « galante » à laquelle l’ homme mûr se livre pour séduire de jeunes hommes. Cour, ou parade amoureuse, rendue sensible par une métaphore parlante : le bourdon butinant l’orchidée, par extension tout insecte butinant une fleur… 

 

Affiche
Fenêtre sur cour, Maxence Cambron, Cie des Arpenteurs, mars 2018.

 

Et la création vidéo de Félix Létot porte cette métaphore tout au long du spectacle. Les stores deviennent alors écran. Écran qui montre. Écran qui cache. Comme le souvenir écran freudien, qui montre des oiseaux, des insectes et des fleurs, la parade amoureuse et la sexualité de la nature … pour montrer en fait la nature de notre sexualité. Des indices sont aussi ostensiblement placés sur l’espace scénique conçu comme une installation à laquelle le spectateur est convié : oiseaux, orchidée en pot, ouvrages sur la faune et la flore,  ouvrages critiques sur Proust, et un livre sur Fra Angelico… « le peintre des anges » … Les anges n’ont pas de sexe… Ou sont androgynes, comme l’apparaît Simon Capelle, prodigieux interprète du Narrateur de La Recherche, troublant de féminité dans sa nudité d’homme…

Et quel tour de force pour l’acteur de mémoriser non seulement le texte proustien, mais aussi la phrase la plus longue de La Recherche, qui se trouve justement dans cette partie. 847 mots… Pour la lire dans son intégralité, cliquez ici.

Il y est question de dissimulation du « vice », mot qui désigne à l’époque de Proust les pratiques, notamment sexuelles, qui ne sont pas jugées morales ou normales. Il y est question de signes de reconnaissance des individus s’adonnant à ce « vice ». Il y est question de « races » au sens d’espèces naturelles particulières d’êtres humains, qui s’opposent par leurs pratiques. Il y est question d’hypocrisie, de haine de celui qui vit autrement, de comédie qu’on se joue, à soi-même autant qu’aux autres... Il y est question finalement de rejet de l’autre qui est différent. Ce qui résonne évidemment aujourd’hui, aussi fort qu’en ce début de XXème siècle proustien… 

Et pour résumer la Recherche de Maxence Cambron, théâtrale, depuis plus de 15 ans, ces quelques vers d‘Edmond Jabès,  qui commencent la Chanson de l’étranger :

Je suis à la recherche
d’un homme que je ne connais pas,
qui jamais ne fut tant moi-même
que depuis que je le cherche.

Ou du même Jabès, cet aphorisme tiré de Un étranger avec, sous le bras, un livre de petit format : 

L’étranger te permet d’être toi-même, en faisant, de toi, un étranger.  

Pour découvrir le travail d’imprégnation que nous offrent les Arpenteurs, l’intelligence de la mise en scène de Maxence Cambron, la finesse et la force d’interprétation de Simon Capelle, les images puissantes de Félix Létot, le tout mis en lumières par Pablo Rançon, c’est à l’Atelier Culture La Piscine, rue du Gouvernement à Dunkerque, mercredi 14 et jeudi 15 mars prochains. Réservation souhaitée au : 03 28 23 70 69 / lapiscine@univ-littoral.fr

images 1 et 2

DUNKERQUE-MALO. BAIN DES GIVRES 2018 : QUI OSERA SE METTRE A L’EAU ?

Lundi 1er janvier 2018. On prévoit entre 7 et 9 degrés sur la plage de Malo. Un vent faible à 25km/h. De petites averses éparses possibles. On prévoit de la soupe à l’oignon et de la bière en abondance au Maloin, 66 bis Avenue de la Mer à Malo. On prévoit une affluence de touristes curieux et hilares aux alentours de 11h30 sur le sable. On prévoit un départ  tonitruant et enthousiasmé en bande bigarrée et joyeuse à 12h pile. On prévoit un moment de bonne humeur extraordinaire, inédit, vivifiant, comme seuls Dunkerque et ses carnavaleux savent offrir. Comme ça. Pour le plaisir de se retrouver. De rire ensemble. De se sentir vivants. Alors, qui osera se mettre à l’eau ? 

Un avant goût, en images, grâce au talent et à l’œil de génie du photographe Jean Jepi. Qu’il soit remercié pour avoir immortalisé ces beaux et bons moments !

 

 

DE SAINT NICOLAS AU PERE NOEL

Le 6 décembre, la plupart des pays du Nord de l’Europe fêteront Saint Nicolas… Alors que dans d’autres régions, on attend plutôt, et avec une impatience non  dissimulée, la venue du Père Noël. Beaucoup ne s’embarrassent pas de choix cornéliens et fêtent les deux figures tutélaires de l’enfance, de la famille et de la joie. Et si ces deux figures n’en faisaient qu’une… Portraits croisés…

QUI EST DONC CE NICOLAS SI SAINT ?

Nicolas est né en Lycie, province d’Anatolie. Bout de la Turquie d’aujourd’hui. Il devient évêque de Myre, ville turque, en l’an 300 de notre ère, succédant à son oncle, lui-même évêque. Jusque là, rien d’extraordinaire.  Pourquoi est-il donc devenu aussi populaire dans tout le Nord de l’Europe et dans certains pays des Balkans ? Ce qui rend ce personnage extraordinaire, c’est sa personnalité généreuse et déterminée. D’ailleurs, ce sont souvent les personnalités généreuses et déterminées qui entrent dans la légende. Souvenez-vous de l’autre évêque, devenu saint très populaire lui aussi, Martin, fêté le 10 novembre. Nicolas, lui, ne partage pas son manteau avec un indigent. Mais il partage. Et vient en aide à ceux qui sont dans le besoin. L’histoire, puis la légende, retiennent de lui qu’il a donné trois sacs d’or à son voisin, pour qu’il puisse constituer des dots à ses filles, et leur épargner ainsi la prostitution. On dit aussi qu’il sauva de la famine la ville de Myre en persuadant des marins de se délester d’une partie de leur cargaison de grains.

nicolas sauve les 3 condamnés
Saint Nicolas sauve 3 condamnés à mort, innocents.

Il sauve aussi trois jeunes gens injustement condamnés à mort. Il sauve des pêcheurs de la noyade. Et dans la légende que tout le monde connaît, il aurait sauvé trois enfants, découpés en morceaux par un méchant boucher et jetés au saloir pendant 7 ans… Ça, c’est la légende que l’on colporte, mais elle symbolise bien les actes de charité accomplis par l’évêque  : le sel de la mer, sel de sagesse que diffuse le personnage. Les 3 enfants symbolisent peut-être aussi l’innocence de ces trois condamnés à mort injustement. Il nourrit, il libère, dans tous les sens des termes, ceux qui le côtoient. Et c’est peut-être pour cela qu’il est devenu le patron de beaucoup de corporations (marins et commerçants, entre autres) et des enfants. Des reliques sont conservées. Notamment une phalange, à Saint Nicolas de Port, en Lorraine, où Saint Nicolas est très populaire.

Sinterklaas_zwarte_piet
Zwarte Piet, le double négatif de Saint Nicolas.

Le Père Fouettard qui l’accompagne, et qui punit les bêtises quand lui récompense la sagesse, est une invention plus tardive. Il rappelle le boucher de la légende. On raconte que ce sont les Lorrains qui auraient inventé la figure de son alter ego maléfique, Rubbelz, «Robert à la fourrure», que les Belges appellent Zwarte Piet. Enfin, la monture de l’évêque ajoute encore à l’humilité du personnage : l’âne de Saint Nicolas est aussi célèbre que celui de Jésus ou celui de Saint Martin… Il n’est pas trop tard pour que vos enfants écrivent une lettre à ce saint si populaire : un service de la poste belge leur répondra volontiers… Voici l’adresse : Saint Nicolas, Rue du Paradis no 1, 0612 CIEL…

QUAND SANTA CLAUS DEVIENT PÈRE NOËL

Après la Réforme protestante survenue au XVIe siècle, la fête de Saint Nicolas est abolie dans certains pays européens. Les Hollandais conservent cependant cette ancienne coutume catholique. Au début du XVIIe siècle, des Hollandais émigrent aux États-Unis et fondent une colonie, « Nieuw Amsterdam » qui, en 1664, devient New York. En quelques décennies, cette coutume néerlandaise de fêter la Saint-Nicolas se répand dans ces jeunes États. Pour les Américains, Sinter Klaas devient rapidement Santa Claus. Et on le fête de plus en plus tard, les catholiques du Nouveau Monde associant ce saint préféré des enfants à la fête de Noël. En 1821, un pasteur américain, Clément Clarke Moore écrit un conte de NOËL pour ses enfants. Un personnage sympathique y apparaît, dodu, jovial et souriant… Ainsi naît le Père Noël, dans son traîneau tiré par huit rennes. La mitre de Saint Nicolas devient bonnet, la crosse sucre d’orge. Et l’âne est remplacé par 8 rennes fringants.  En 1860, Thomas Nast, illustrateur et caricaturiste au journal new-yorkais Harper’s Illustrated Weekly, revêt Santa-Claus d’un costume rouge, garni de fourrure blanche et rehaussé d’un large ceinturon de cuir. C’est Coca Cola, en 1931, qui popularise la figure du Père Noël, telle que nous la connaissons aujourd’hui, dans une campagne de publicité incitant à consommer sa boisson gazeuse même en hiver…
Coca-Cola_Christmas6
Coca Cola popularise la figure du Père Noel dans les années 1930…

 Saint Nicolas et le Père Noël offrent des cadeaux… à condition d’être bien sage… Mais la commercialisation à outrance de ces fêtes populaires contribue-t-elle à la sagesse des masses… Permettez-nous d’en douter…

 

11 NOVEMBRE A COUDEKERQUE BRANCHE

Le cortège se forme rue Guynemer. Georges Guynemer, aviateur français, né à Paris en 1894, et mort au combat, le 11 septembre 1917, à Poelkappelle, de l’autre côté de la frontière, en pays flamand. C’est dire que cette année 1917, outre qu’elle commémore la prise de pouvoir d’un autre Georges, Clémenceau, permet aux Coudekerquois et au Député Christian Hutin, amoureux de Saint Pol sur Mer, dont il fut le maire pendant des années, de rendre hommage à l’aviateur adopté par notre région.

 

M Hutin Député
M. Christian Hutin, Député.

 

C’est l’occasion aussi pour M. Parents, adjoint aux Anciens Combattants, de rappeler quel rôle important Coudekerque Branche joua dans les combats aériens lors de la Première Guerre Mondiale… Saviez-vous, par exemple, que la Ferme Vernaelde fut, parmi d’autres lieux stratégiques de notre localité, un aérodrome qui regroupa les forces aériennes françaises et celles, britanniques,  qui allaient devenir, en 1918, la Royal Air Force ?

 

M Parents adjoint auxANciens Combattants
M. Jean Paul Parents, Adjoint aux Anciens Combattants.

 

Moment émouvant aussi parce que la jeunesse coudekerquoise est présente pour se souvenir de tragédies qu’elle ne connaît que par les cours d’histoire. Le collège du Westhoek, et son porte drapeau. Les enfants de l’école Pagnol, et sa Marseillaise. Les jeunes du Conseil Municipal des Jeunes, dont c’est la dernière sortie officielle, puisque les élections auront lieu ce mois de novembre. Louise Minne, Maire, Samuel Dumey, 1er Adjoint, Angèle Julien, Simon Weber, et quelques autres, sous la houlette bienveillante de Jean Luc Decreton, responsable du CMJ. Les sortants du CMJ étaient de sortie pour la dernière fois…

 

M. Decreton et le CMJ sortant
M. Jean Luc Decreton et les jeunes élus « sortants » du CMJ.

 

Angèle Julien a lu un très beau texte sur les conditions de vie terribles des « poilus » pendant le conflit. Pour retrouver le portrait d’ Angèle Julien, cliquez ici. Pour retrouver celui de Samuel Dumey, 1er Adjoint, cliquez. Pour retrouver les portraits croisés des deux Maires de Coudekerque Branche, David Bailleul et Louise Minne, cliquez ici.

Angèle Julien et le CMJ sortant

M. le Maire, David Bailleul, n’a d’ailleurs pas manqué de saluer la présence toujours plus nombreuse des jeunes à ce genre de commémoration. Il se dit rassuré que « la relève soit assurée », pour perpétuer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour combattre les nationalismes de tous bords, et pour tenir bien haut le flambeau de la Démocratie et de la République.

 

M le Maire
M. David Bailleul, Maire de COudekerque Branche.

 

Le ciel semblait protéger la  générosité de tout le petit peuple coudekerquois : il n’a même pas plu…

images : photographies LeMag@zoom