Z COMME ZENO. LA REVANCHE DES INTELLOS…

Zénobie Abernathy, pré ado HPI (au Haut Potentiel Intellectuel, dixit le gentil psy du récit) est entrée au collège, en 6ème Einstein. Cette fillette à l’  « hyperactivité intellectuelle » et à l’ « imagination débordante » est la nouvelle héroïne d’un univers créé par Justine Jotham dans son dernier opus dédié à la jeunesse : Moi, Zénobie Abernathy. De Z à A, ma vie à l’envers. Après le succès de Qui veut la peau d’Otto Dafé ? paru en mai 2016 (notre article sur l’ouvrage : ici), l’auteure aux multiples talents réitère avec ce récit, qui, à travers les préoccupations des adolescents, leurs rêves, leurs angoisses, leurs amours, leur rapport complexe aux autres et au monde, bat en brèche les clichés poussiéreux de l’  « intello » et du « cancre ». Pour découvrir Zénobie et son petit monde, c’est par ici …  

JustineJustine Jotham, agrégée de littérature, enseignante à l’ULCO et auteure jeunesse.

Justine Jotham a débuté sa carrière d’enseignante au collège Lucie Aubrac, Petite Synthe. Depuis qu’elle est auteure pour la jeunesse, elle multiplie les rencontres avec les lecteurs adolescents, à l’occasion de salons du livre, ou  plus sûrement lors des ateliers d’écriture qu’elle anime. Ainsi, elle n’a pas manqué de modèles pour donner vie à tout un peuple de collégiens aussi typés que criants de vérité : Léa, la bonne copine qui console et parle « cash » avec son amie « intello » rejetée par la masse des ados, Zénobie. Margot, la grande soeur fan de fringues et de mode, accrochée à un régime minceur,  à son portable ou  enfermée dans sa tour de dédain pour les autres. Hyppolyte, le « cancre » joueur de foot, qui crache par terre et qui éparpille les affaires de classe de Zéno sur le trottoir. Daphné, la voisine de classe, qui a « tout d’une splendide nymphe » et regarde d’un œil réprobateur Zéno, « cette mocheté » qui vient « faire de l’ombre » à sa beauté. Tristan, un grand nul de 3ème qui terrorise les petits de 6ème à la cantine et leur pique leurs desserts. Priscilla et Arthur, candidats à l’élection des délégués de classe, qui proposent la fin des interros surprises et l’utilisation des téléphones portables dans la cour de récré.  Et puis il y a Théodule, qui porte bien son nom : d’abord parce que ça rime avec « tarentule », et qu’il se passionne pour les araignées. Ensuite parce que c’est le chevalier servant de Zénobie, son « super héros », celui qui la sauve des griffes de tous ceux trop « normés » qui se moquent d’elle, la différente… C’est son premier amoureux…

 

 

Et les adultes aussi n’échappent pas non plus à ce passage en revue des types humains qui hantent les mondes adolescents : Mme Honoré, principale du collège, sévère à souhait, qui distribue les heures de colle à tour de bras. Aligaud, le surveillant pas sympa, qui prend en grippe les élèves, et les suspecte toujours. Big Louchard, le prof de sciences un peu bizarre, qui, comme Mme Honoré, fait peur aux élèves de 6ème… La maman de Zénobie, qui ne voit pas sa fille grandir, l’appelle « choupinette », l’habille en jupe et corsage citron fraise, et stimule le cerveau de sa fille en continu. Sans voir qu’elle passe à côté d’une étape cruciale de la vie de Zénobie. Une « vie d’ado en construction ».  Elle réagit d’ailleurs très mal quand Zénobie simule une crise de « cancrite virale » et décide de changer totalement de peau en se faisant passer pour la dernière des… cancres ! C’est le psy directement… qui comprend tout de suite que Zénobie a voulu se fondre dans le moule de la plupart des ados, faire comme tout le monde : répondre aux professeurs, pourrir un cours, falsifier la signature des parents, …

Et sachez lire entre les lignes… Justine Jotham n’a pas voulu faire pleurer dans les chaumières avec un portrait de l’élève harcelé(e). Ce sur quoi tentent de nous alerter les institutions scolaires et les associations de parents, et elles ont bien raison. Mais en filigrane dans ce récit léger, pointe cette question du harcèlement et de la banalité des violences à l’école. On l’insulte : « la naine », « grosse tête » et autres noms d’oiseaux. On raille ses vêtements. On tente de la racketter à la sortie du collège. On éparpille toutes les affaires contenues dans son cartable sur le trottoir. On lui prend régulièrement ses desserts à la cantine. Heureusement que Zéno est une fille équilibrée et aimée. D’autres, plus fragiles, n’auraient pas été de bons héros pour ce récit drôle autant qu’acidulé…

couverture du livre

D’ailleurs, ce qui sauve Zénobie, et le lecteur, du tragique, c’est l’humour de l’héroïne et de l’auteure. Et leur culture solide comme un roc. Voici, par exemple, la définition que Zénobie donne de la gente adolescente :

A ceux qui trouveraient étrange de comparer les ados à des mollusques, voici la justification scientifique de ma théorie en trois points :

  1. Ils n’ont qu’une tête (et encore, pour certains ados, ça reste à prouver).

  2. Ils ont des pieds (la « sole pédieuse » chez certaines espèces).

  3. Et entre la tête et les pieds, une masse viscérale (parfois on trouve une perle de nacre, mais la seule chose qui y ressemble de loin chez nos ados, c’est un petit pois remonté dans le crâne).

C’est un regard lucide et tendre porté sur l’espèce adolescente. Le prouve encore cet autre passage :

DEVINETTE : à votre avis, pourquoi les mots « cancre » et « crabe » ont la même racine ? RÉPONSE : ils sont pareils ! Une carapace sacrément coriace et des pinces effrayantes, mais ne vous y trompez pas, à l’intérieur, ils sont aussi tendres. Il faut juste apprendre à les cuisiner.

« Mode d’emploi du cancre », « Minute diététique » et autres « Questions existentielles »… Justine Jotham aborde ces chapitres de son récit, et de la vie des ados, avec légèreté et humour. Moi, Zénobie Abernathy. De Z à A, ma vie à l’envers invite à coup sûr à une lecture divertissante autant qu’à une méditation sur la vie des ados d’aujourd’hui…

 

Les photos sont issues du site web de Justine Jotham : ici …

… et de sa page Facebook : .

 

 

LOUISE ET LE PAPILLON

Ça pourrait être le titre d’une fable ou d’un conte pour enfants. C’est en fait une belle histoire de courage et de persévérance. Celle de Louise Isaert, 14 ans, nageuse émérite de Dunkerque Natation. Et qualifiée aux Championnats de France Jeunes de Rennes, en juillet prochain. Vous la remarquerez peut-être ce week end aux Championnats de France Promo à Dunkerque. Portrait…

 

20161110_-_Championnats_du_Nord_-_Grande_Synthe_399
Louise Isaert

 

« Papillon, crawl, brasse, dos, 100 m, 200 m, distance, souffle, apnée, force, mental, volonté… » Ce sont les mots qui lui viennent à l’esprit quand on parle de natation à Louise. Son papa, lui, répond « volonté, courage, persévérance, et mérite ». Et elle en a, du mérite, cette petite Coudekerquoise d’1 m56. Elle en a parcouru, du chemin, depuis le Hérisson Nage Club de Coudekerque Branche, qu’elle fréquentait à l’âge de 7 ans. Éric Lefèvre, son entraîneur de l’époque, doit être fier de la voir  se hisser sur les premières marches du podium. 1ère au 200 / 4 nages et 2ème au 100 m papillon au Championnat Interrégional à Metz en 2016 (elle n’avait que 12 ans…). Invitée par Michel Lemoigne, son coach du club Dunkerque Natation, aux Championnats de France Jeunes, à Dunkerque, en juillet 2017. Elle y réalise de très bons temps au relais 4×50 m 4 nages, notamment au papillon, sa nage de prédilection… Elle participe ce week end aux Championnats de France Promo à Dunkerque. Et elle est qualifiée  aux Championnats de France Jeunes qui auront lieu à Rennes, du 18 au 22 juillet 2018. Chapeau bas…

 

 

 

20160703_092647
Louise Isaert, plot  5, aux Inter Régions, Metz, 2016

 

 

L’eau. Elle y plonge chaque matin de la semaine. 7h00-8h30. Elle y finit ses journées. 16h-18h. Elle y passe ses week end, ses vacances. Entraînement de championne pour cette jeune collégienne de 3ème. Entre deux, la journée de cours en section sportive à Guilleminot Dunkerque, s’étire de cours de maths en cours de français. En cours tout court pour préparer le Brevet des Collèges qui se rapproche dangereusement. Louise avoue « stresser » davantage pour cet examen qu’elle apprend à apprivoiser, que pour les compétitions de natation qui sont ses amies depuis si longtemps déjà…

 

stage palma de majorque
Dunkerque Natation en stage à Palma de Majorque, l’été dernier. Louise Isaert, tout sourire, en haut à droite…

 

Son secret pour « gérer le stress » ? Ranger sa chambre (Maman apprécie). Manger des pâtes de fruits. Bouger. Dormir 9 à 10h. Respirer profondément. Écouter de la musique. « Je me mets dans ma bulle ». Avec Columbine, Pierre, feuille, papier, ciseau. Avec OrelSan. Avec la Princesse de Nekfeu. Avec Eddy de Preto. Ça rappe pas mal dans la bulle de Louise quand elle se prépare mentalement pour une compète. Rythme binaire. Martelé. Son adrénaline pour fendre le couloir d’eau de ses bras papillon…

Piscine Maurice Mollet de Coudekerque Branche. Eric Lefèvre, champion du bassin et champion de pédagogie,  lui apprend les rudiments. Elle fréquente alors l’école élémentaire BrassensPiscine Paul Asseman de Dunkerque.  Elle a 10 ans. Elle s’entraîne, avec Marion Mesmaque d’abord, avec Michel Lemoigne désormais. Et Olivier Antoine, directeur sportif du club dunkerquois, jette un œil, à distance… Exigence et bienveillance, en plus de la maîtrise de leur art, sont les qualités de ces entraîneurs qui veillent sur leur petite protégée.

 

2012-01-29 15.35.34
Le petit bout à ses débuts…

 

Ça paie. Des performances d’abord. – de 2’31 au 200 m pap. – de 1’09 au 100 m pap. / bassin de 50 m.

Des qualifications ensuite. Louise dispute le 200 m papillon samedi 19 mai 2018. Et le 100 m papillon dimanche 20. On croise les doigts.

Des sourires enfin. Ceux de ses parents. De son frère Raphaël, qui nage dans les traces de sa sœur. Ceux de sa copine Laura, à qui elle pourra raconter, dans la cour de récré, ses histoires d’eau bleue et de papillon…  

France promo
Affiche officielle des Championnats de France Promotionnels, Dunkerque, mai 2018.

Page Facebook du club Dunkerque Natation : ici. 

Images : Dunkerque Natation et Christophe Isaert. Merci à eux !

 

DE SAINT NICOLAS AU PERE NOEL

Le 6 décembre, la plupart des pays du Nord de l’Europe fêteront Saint Nicolas… Alors que dans d’autres régions, on attend plutôt, et avec une impatience non  dissimulée, la venue du Père Noël. Beaucoup ne s’embarrassent pas de choix cornéliens et fêtent les deux figures tutélaires de l’enfance, de la famille et de la joie. Et si ces deux figures n’en faisaient qu’une… Portraits croisés…

QUI EST DONC CE NICOLAS SI SAINT ?

Nicolas est né en Lycie, province d’Anatolie. Bout de la Turquie d’aujourd’hui. Il devient évêque de Myre, ville turque, en l’an 300 de notre ère, succédant à son oncle, lui-même évêque. Jusque là, rien d’extraordinaire.  Pourquoi est-il donc devenu aussi populaire dans tout le Nord de l’Europe et dans certains pays des Balkans ? Ce qui rend ce personnage extraordinaire, c’est sa personnalité généreuse et déterminée. D’ailleurs, ce sont souvent les personnalités généreuses et déterminées qui entrent dans la légende. Souvenez-vous de l’autre évêque, devenu saint très populaire lui aussi, Martin, fêté le 10 novembre. Nicolas, lui, ne partage pas son manteau avec un indigent. Mais il partage. Et vient en aide à ceux qui sont dans le besoin. L’histoire, puis la légende, retiennent de lui qu’il a donné trois sacs d’or à son voisin, pour qu’il puisse constituer des dots à ses filles, et leur épargner ainsi la prostitution. On dit aussi qu’il sauva de la famine la ville de Myre en persuadant des marins de se délester d’une partie de leur cargaison de grains.

nicolas sauve les 3 condamnés
Saint Nicolas sauve 3 condamnés à mort, innocents.

Il sauve aussi trois jeunes gens injustement condamnés à mort. Il sauve des pêcheurs de la noyade. Et dans la légende que tout le monde connaît, il aurait sauvé trois enfants, découpés en morceaux par un méchant boucher et jetés au saloir pendant 7 ans… Ça, c’est la légende que l’on colporte, mais elle symbolise bien les actes de charité accomplis par l’évêque  : le sel de la mer, sel de sagesse que diffuse le personnage. Les 3 enfants symbolisent peut-être aussi l’innocence de ces trois condamnés à mort injustement. Il nourrit, il libère, dans tous les sens des termes, ceux qui le côtoient. Et c’est peut-être pour cela qu’il est devenu le patron de beaucoup de corporations (marins et commerçants, entre autres) et des enfants. Des reliques sont conservées. Notamment une phalange, à Saint Nicolas de Port, en Lorraine, où Saint Nicolas est très populaire.

Sinterklaas_zwarte_piet
Zwarte Piet, le double négatif de Saint Nicolas.

Le Père Fouettard qui l’accompagne, et qui punit les bêtises quand lui récompense la sagesse, est une invention plus tardive. Il rappelle le boucher de la légende. On raconte que ce sont les Lorrains qui auraient inventé la figure de son alter ego maléfique, Rubbelz, «Robert à la fourrure», que les Belges appellent Zwarte Piet. Enfin, la monture de l’évêque ajoute encore à l’humilité du personnage : l’âne de Saint Nicolas est aussi célèbre que celui de Jésus ou celui de Saint Martin… Il n’est pas trop tard pour que vos enfants écrivent une lettre à ce saint si populaire : un service de la poste belge leur répondra volontiers… Voici l’adresse : Saint Nicolas, Rue du Paradis no 1, 0612 CIEL…

QUAND SANTA CLAUS DEVIENT PÈRE NOËL

Après la Réforme protestante survenue au XVIe siècle, la fête de Saint Nicolas est abolie dans certains pays européens. Les Hollandais conservent cependant cette ancienne coutume catholique. Au début du XVIIe siècle, des Hollandais émigrent aux États-Unis et fondent une colonie, « Nieuw Amsterdam » qui, en 1664, devient New York. En quelques décennies, cette coutume néerlandaise de fêter la Saint-Nicolas se répand dans ces jeunes États. Pour les Américains, Sinter Klaas devient rapidement Santa Claus. Et on le fête de plus en plus tard, les catholiques du Nouveau Monde associant ce saint préféré des enfants à la fête de Noël. En 1821, un pasteur américain, Clément Clarke Moore écrit un conte de NOËL pour ses enfants. Un personnage sympathique y apparaît, dodu, jovial et souriant… Ainsi naît le Père Noël, dans son traîneau tiré par huit rennes. La mitre de Saint Nicolas devient bonnet, la crosse sucre d’orge. Et l’âne est remplacé par 8 rennes fringants.  En 1860, Thomas Nast, illustrateur et caricaturiste au journal new-yorkais Harper’s Illustrated Weekly, revêt Santa-Claus d’un costume rouge, garni de fourrure blanche et rehaussé d’un large ceinturon de cuir. C’est Coca Cola, en 1931, qui popularise la figure du Père Noël, telle que nous la connaissons aujourd’hui, dans une campagne de publicité incitant à consommer sa boisson gazeuse même en hiver…
Coca-Cola_Christmas6
Coca Cola popularise la figure du Père Noel dans les années 1930…

 Saint Nicolas et le Père Noël offrent des cadeaux… à condition d’être bien sage… Mais la commercialisation à outrance de ces fêtes populaires contribue-t-elle à la sagesse des masses… Permettez-nous d’en douter…

 

SAINT MARTIN : DE L’INDIGNATION A L’AMOUR

En ce moment, ne demandez pas aux enfants ce qui se passe le 11 novembre. Ils vous rétorqueront que ce n’est pas le 11 novembre qui compte, mais le 10 ! La Saint Martin. Fête populaire dans le dunkerquois, certes, mais aussi un peu partout en Europe du Nord. Pourquoi un tel engouement ? Qu’est-ce qui dans la vie du personnage a retenu l’attention du temps et des hommes pour que la figure historique devienne légendaire ?

DU GLAIVE À LA CROSSE

Saint Martin, tout le monde le connaît… ou croit le connaître. En soutane épiscopale pourpre ou mauve, coiffé de sa mitre et tenant sa crosse, on le voit chaque dixième jour de novembre arpenter les rues de nos communes du nord du Nord, accompagné de son inénarrable âne. Et distribuant, pour le bonheur des enfants, croquendoules et folaerts, ou volaeren. Au son de la musique et  des chants que tous reprennent en chœur : « Saint Martin, boit du vin, dans la rue des Capucins ». Voilà la figure pittoresque que le folklore populaire a gardé en mémoire et met en scène chaque année depuis le XIXème siècle.

Mais Martin, dont la vie rocambolesque est racontée par Sulpice Sévère en 395, est un homme, avant tout, et un homme extraordinaire. Aujourd’hui, le Pape François, lui qui rejette les ors et les fastes de l’Église, en aurait fait son conseiller. Et nul doute, que Martin serait l’ami de Pierre Rabhi ou soutiendrait la cause des Indignés. En effet, ce soldat de l’Empire romain finissant (sa vie se déroule sur le IVème siècle), adopte la cause des pauvres et des déshérités par un geste qui en fait un saint avant même sa canonisation :

la cape de Martin

il partage sa cape avec un indigent qui est en train de mourir, littéralement, de froid. Vous me direz, il aurait pu lui filer la cape en entier. Sauf que Martin ne rigolait pas avec le règlement. Et la règle militaire à l’époque voulait que la moitié de l’habit appartînt à l’armée, l’autre au légionnaire. N’empêche qu’il donne, par cette moitié, la totalité de ce qui lui appartient… Pour la petite histoire, le bout de cape en question aurait été acheminé plus tard à la chapelle palatine d’Aix la Chapelle… Ce qui aurait donné d’ailleurs le nom « chapelle » (lieu où l’on garde la c/h/ape du Saint). De  même, Martin donneur de cape aurait été choisi comme patron protecteur des … Capé/tiens.

L’ÉVÊQUE DES PAUVRES

Il épouse alors l’église catholique, balbutiante encore, à cette époque où cultes romains et paganisme font bon ménage dans les campagnes françaises. Il s’entoure du clergé régulier (les moines, qui vivent selon des règles drastiques et dans la pauvreté, comprennent son combat). Le clergé séculier, celui des villes notamment, a trop tendance, à son goût, à s’installer dans le confort…. L’événement majeur pour lui, et pour la légende dorée qui naîtra ensuite, c’est sa nomination comme évêque de Tours. Quel chemin pour cet homme né en Hongrie et amené à présider le lourd évêché de Tours. Et quelle surprise pour les instances religieuses de Tours quand elles constatent que le nouvel évêque est un homme d’action, qui veut revenir à l’esprit de l’Évangile. Pauvreté et générosité. La loi d’amour quoi. Il se met alors en route. On le croise sur les routes de campagne, visitant les plus humbles, leur apportant la bonne parole. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Sauf que là, l’évêque Martin veut amener à cette loi d’amour des populations rustres, qui pratiquent encore des cultes païens et adhèrent à des croyances superstitieuses. Il arpente ainsi son évêché, mais pas que. Il sillonne les routes du nord, de la France et de l’Europe. Le culte de Saint Martin est très vivace en Belgique et en Allemagne. Comme le prouve cette sculpture contemporaine de Saint Martin, à Mayence, en Allemagne.

Saint Martin à Mayence L’évêque des pauvres n’est d’ailleurs pas mort sur son siège épiscopal. Il est mort en pleine mission d’évangélisation, à Candes, près de Tours.

UNE TRADITION DUNKERQUOISE

Et c’est au cours d’une de ses nombreuses campagnes d’évangélisation qu’il se serait retrouvé à …Dunkerque. Et là, vous connaissez la légende. Son âne, le cheval du pauvre comme chacun sait, se serait égaré dans les dunes. Les enfants, figures de l’innocence que Martin voulait raviver dans le culte chrétien, l’aident à retrouver la bête. En récompense de leur persévérance à avancer dans l’obscurité guidés par la lumière (celle de la foi ? de l’amour?), l’homme pieux accomplit un miracle : il transforme les crottes de l’humble animal en petits pains… Observez bien le cortège qui suit Saint Martin : bien souvent, il est emmené par 4 porteurs de flambeaux… Symboles des 4 Evangiles que voulait répandre autrefois l’homme saint et qui le guidaient dans les ténèbres de l’ignorance… ?

La_fete SAINT MARTIN_a_Dunkerque

ENTRE OMBRE ET LUMIÈRE

Une fête de la lumière. Aussi. Vaincre l’obscurité naissante de l’hiver qui s’approche en cheminant, lanterne à la main. C’est un avant goût du solstice d’hiver, au mitant de l’année, qui annonce le retour progressif de la lumière. La Saint Martin serait comme une répétition générale de ce grand spectacle. Alors, le 10 novembre, au cœur du cortège de lampions, de betteraves et des enfants illuminés de joie, souvenons-nous un peu de cet homme qui, avant d’être un frère de Saint Nicolas et un vieil oncle du père Noël, fut un homme d’amour qui savait s’indigner…

image 1

image 2

image 3

MON ENNEMI BIENAIME…

Quel étrange oxymore… Loin du commandement christique « Aime ton prochain comme toi-même… surtout si c’est ton ennemi », il semblerait que Homo Sapiens ne peut s’empêcher de se « construire un ennemi », pour reprendre le titre d’une conférence donnée par Umberto Eco en 2008. Yuval Noah Harari, dans son Homo Deus, confirme pourtant que l’être humain meurt davantage aujourd’hui des conséquences de l’obésité et de la malbouffe, que de la guerre et du terrorisme. Pourtant, les Unes à sensations de la plupart des chaînes de radio et de TV focalisent sur les attentats terroristes ou sur les quelques théâtres de guerres du monde… L’être humain se repaît-il donc, pour s’épanouir et avoir le sentiment d’exister, de la certitude d’avoir un ennemi ? Pourquoi ce besoin ? Umberto Eco apporte des éléments de réponse…

QUI EST L’ENNEMI ?

Souvenez-vous de la réaction de Donald Trump il y a quelques semaines face aux affrontements de Charlottesville : il renvoyait dos à dos racistes et antiracistes, condamnant les violences « des deux parties ». Tollé : comment pouvait-on mettre dans le même panier partisans généreux de l’égalité des êtres humains et racistes de bas étage ? Outre évidemment l’erreur (la énième…) commise par le chef d’État, il est intéressant de constater que l’on est toujours l’ennemi de quelqu’un… Voyez encore le déferlement de haine contre les Rohingya en Birmanie… La sempiternelle haine entre Sunnites et ChiitesIsraëliens et Palestiniens…  Haine anti réfugiés ou anti migrants… Les crimes sexistes… antisémites… islamophobes… homophobes… Bref, dans un monde globalement en paix, la haine fratricide nourrit l’actualité… Abel et Caïn, Romulus et Remus, et autres Capulet et Montaigu de toutes nations, portant masques divers, se disputent éternellement sur la scène de l’humanité…

Cain et Abel, Le Titien (1542-1544), premier meurtre fratricide mythique.

 

Pour rappel, quelques images du déferlement de violence à Charlottesville :

 

 

Plus récente, la focale sur la haine anti Rohingya :

CONSTRUIRE L’ENNEMI, UMBERTO ECO

Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé.
Nelson Mandela, Un Long Chemin vers la liberté

De l’ennemi à l’associé, un pas difficile à franchir… Et Umberto Eco est bien pessimiste quant à la capacité de l’être humain à accéder à une éthique de la fraternité :

L’éthique est-elle donc impuissante face au besoin ancestral d’avoir des ennemis ? Je dirais que l’instance éthique survient non quand on feint qu’il n’y ait pas d’ennemis, mais quand on essaie de les comprendre, de se mettre à leur place. (…) César traitera les Gaulois avec beaucoup de respect (…) et Tacite admire les Germains (…). Essayer de comprendre l’autre signifie détruire son cliché, sans nier ou effacer son altérité.

Umberto Eco, peu de temps avant sa mort en 2016.

Car c’est ce besoin de l’altérité étrangère qui paraît nécessaire à la construction individuelle. Et même, comble du paradoxe, à l’harmonie d’un peuple :

« la reconversion de la société américaine à une situation de paix eût été désastreuse car seule la guerre constitue le fondement du développement harmonieux des sociétés humaines (…) » Umberto Eco puise ici son argumentation dans un ouvrage américain anonyme, paru en 1968 : La Paix indésirable ? Rapport sur l’utilité des guerresLa guerre permet à une communauté de se reconnaître comme une nation. On comprend alors le rôle de « gendarme du monde » joué par les États Unis…

Avoir un ennemi est important pour se définir une identité, mais aussi pour se confronter à un obstacle, mesurer son système de valeurs et montrer sa bravoure. (…) Les ennemis sont différents de nous (…) Ce n’est pas leur caractère menaçant qui fait ressortir leur différence, mais leur différence qui devient un signe de menace. (…) Il semble qu’il soit impossible de se passer de l’ennemi. La figure de l’ennemi ne peut être abolie par les procès de la civilisation. Le besoin est inné, même chez l’homme doux et ami de la paix. Simplement, dans ces cas, on déplace l’image de l’ennemi, d’un objet humain à une force naturelle ou sociale qui, peu ou prou,  nous menace et doit être combattue, que ce soit l’exploitation du capitalisme, la faim dans le monde ou la pollution environnementale.  (…) La vision la plus pessimiste à ce propos est celle de Sartre dans Huis Clos. D’un côté, nous ne pouvons nous reconnaître nous-mêmes qu’en présence d’un Autre, et c’est sur cela que reposent les règles de la cohabitation et de la mansuétude. Mais, plus volontiers, nous trouvons cet Autre insupportable parce qu’il n’est pas nous. En le réduisant à l’ennemi, nous nous construisons notre enfer sur terre. Toutes les citations sont extraites de la Conférence donnée par Umberto Eco à l’Université de Bologne le 15 mai 2008.

Et vous, quel est votre Ennemi ?

image 1

image 2

LES ENFANTS DE TEREZIN

Quelques photographies aux visages souriants. Deux valises portant un nom, une adresse. Et des dessins. Des milliers de dessins. D’enfants. Ils ont entre 10 et 15 ans. Et leur insouciance les empêche peut-être d’imaginer le destin tragique qui sera le leur. Emmenés pour la plupart en 1942 avec leurs parents, ils se retrouvent immédiatement séparés d’eux à leur arrivée dans cet étrange guetto au milieu de nulle part, à une heure de train de Prague. Une communauté d’enfants emportés dans la machine infernale de l’Histoire et qui livrent le plus émouvant des témoignages de leur vie dans cette ville qui porte le nom d’une impératrice. Ce sont les enfants de Terezin.

Robert et Kamil Sattlerovi. Terezin.

LAISSER UNE TRACE… PINKASOVA

Tout commence à Pinkasova, synagogue du quartier juif de Prague, Josefov, Maislova. Construit en 1535, ce lieu de prière est aujourd’hui un vaste lieu du souvenir. Sur les murs de chacune des salles,  entre 1954  et 1959, les peintres Jiří John et Václav Boštík ont écrit à la main, sans pochoir, le nom de chacune des victimes de l’holocauste en Moravie et en Bohême. Rien que la nef principale comporte 40 000 noms.  Aujourd’hui, après de multiples restaurations nécessitées par les ravages du temps et les avaries climatiques, et suite aux recherches historiques qui se poursuivent, ce sont 80 000 noms qui s’inscrivent dans la pierre de l’édifice et dans la mémoire de l’Histoire. Des noms sortis de l’oubli. Des noms pour faire vivre dans notre souvenir ceux et celles qui n’étaient plus que des numéros au moment de leur mort…

Sur chaque mur les noms des victimes de l’holocauste en Bohême et Moravie. 80 000 noms au total… Synagogue Pinkas, Prague.
De part et d’autre de l’Arche, la liste des camps de concentration d’Europe centrale. Synagogue Pinkas. Prague.

80 000  noms. Et 4 000 dessins. Les dessins des 10 000 enfants déportés à Terezin. Tous ne sont pas exposés. Mais ceux que l’on voit sont saisissants. De simplicité. Rien ne transparaît, ou presque, de la tragédie dont ils sont les acteurs involontaires. Des jeux. Des maisons. Des personnages de contes traditionnels. La cantine. Des gardes qui ont presque l’air sympathique…

UN ART DE VIVRE CONTRE LA MORT

A Terezin, la plupart des enfants juifs de Bohême et de Moravie sont déportés dès 1942, séparés de leurs parents et regroupés dans « la maison des enfants ». Une femme joue alors un rôle essentiel dans leur vie : Friedl Dicker Brandeis. Professeure d’art, spécialiste de pédagogie, résistante communiste, elle se retrouve à la tête de ce village d’enfants. C’est elle qui leur fournit de quoi dessiner, explorer leur créativité. De quoi exprimer leurs émotions. De quoi lutter contre la mort, et l’oubli.

Friedl Dicker Brandeis (1898 Vienne – 1944 Auschwitz) enseigne le dessin aux enfants de Terezin. Synagogue Pinkasova, Prague.

Les enfants avaient-ils conscience de ce qu’ils vivaient ? de ce qui les attendait ? Deux dessins troublent par leur lucidité. Le premier représente un paysage coloré dans lequel des enfants jouent. Deux gros nuages noirs surplombent cette scène pleine d’insouciance…  Le second est un collage de papier blanc sur fond vert, qui représente les figures mythiques du meurtre fratricide d’Abel par Caïn. Comme l’explication symbolique de ce génocide : une partie de l’humanité assassine une autre partie de cette même humanité…

En 1940, voici ce que Friedl Dicker Brandeis écrit à un de ses amis :

 Je me souviens avoir songé lorsque j’étais à l’école comment je me comporterais une fois adulte pour protéger mes étudiants des impressions désagréables, de l’incertitude, des apprentissages décousus. […] Aujourd’hui, une seule chose me semble importante pour préserver l’élan créatif, c’est d’en faire un art de vivre et d’enseigner comment dépasser les difficultés qui sont insignifiantes en regard des objectifs que vous poursuivez.

Art de vivre contre industrie de la mort. Voilà ce qu’a proposé Friedl Dicker Brandeis à ces milliers d’enfants qui sont passés par Terezin avant d’être transférés vers la mort certaine d’Auschwitz en 1944. Il reste de cet enseignement deux valises remplies de plus de 4000 dessins, confiées après la guerre à la Ville de Prague, et au Musée Juif.

Daisaku Ikeda, le fondateur du musée d’art Fuji à Tokyo qui accueillit l’exposition consacrée aux dessins des enfants de Terezin au Japon  résume bien l’importance de cette trace laissée par ceux que l’Histoire a happés :

Les travaux artistiques variés laissés par cette grande dame et par les enfants de Terezin sont leurs legs au présent pour chacun d’entre nous. Ils nous invitent à continuer notre quête d’une société qui chérit la vie humaine en transcendant toutes les différences de races, de religion, de politique et d’idéologie. Cela reste mon espoir le plus profond que cette exposition soit un moment d’introspection pour ceux qui la verront, un moment pour réaffirmer l’importance de nos droits en tant qu’être humain et la valeur de la vie en elle-même. 

Sous la photo d’un visage d’enfant, ce poème :

A little garden / Fragrant and full of roses / The path is narrow / And a little boy walks along it. / A little boy, a sweet boy / Like that growing blossom / When the blossom comes to bloom / The little boy will be no more…

Un petit jardin / Parfumé et plein de roses /  Le chemin est étroit / Et un petit garçon s’y promène. / Un petit garçon, un garçon adorable / Pur comme cette fleur qui pousse / Lorsque la fleur sera sur le point de s’épanouir / Le petit garçon ne sera plus…

 

Images : Le Mag@zoom.

 

LES FEMMES DU 14 JUILLET. OLYMPE DE GOUGES

14 juillet. Les commémorations envahissent l’espace national. À l’heure où l’on célèbre les grands hommes qui ont fait la Révolution, on se rend compte que des femmes, grandes par leur pensée et leur action, sont oubliées. Les historiens ont souvent mis en avant les sanguinaires et les violents (Robespierre, Danton, Saint Just, parmi d’autres), passant sous silence l’œuvre des progressistes. Des femmes pour la plupart. Michel Onfray leur rend un hommage mérité dans La Force du sexe faible, sous-titré Contre histoire de la Révolution Française, ouvrage paru en mai 2016.  Histoire de remettre les pendules à l’heure. Parmi ces femmes, Olympe de Gouges. Portrait.

Olympe de Gouges, pastel de Alexandre Kucharski.
Olympe de Gouges, pastel de Alexandre Kucharski.

Olympe naît Marie Olympe Gouze en 1748, et son père n’est pas son père. Son père biologique est le marquis de Pompignan, chef du parti des Antiphilosophes, chef du parti bigot mais troussant volontiers ses servantes (faites ce que je dis, pas ce que je fais). Son père adoptif, Gouze, est un boucher traiteur. Elle parle occitan, sait à peine écrire. Et on se demande comment cette jeune femme si éloignée des Lumières sera leur porte parole le plus actif, voire le plus téméraire, sous la Révolution. Veuve et mère à 20 ans, elle modifie alors son identité. Elle devient Olympe de Gouges. Refuse de se marier à nouveau. Mais pas d’aimer. Et elle sera la compagne d’un haut fonctionnaire du Ministère de la Marine, qui lui assurera, en partie, son indépendance financière. Et voilà. Comme le dit Onfray, la libéralité de certains hommes peut faire la liberté de certaines femmes.

Très vite Olympe se passionne pour la littérature, la philosophie. Elle emménage à Paris où tout se joue en ces années d’effervescence intellectuelle. Elle écrit des pièces de théâtre. Beaucoup. Sur les sujets qui lui tiennent à cœur : La Nécessité du divorceMolière chez Ninon ou le Siècle des grands hommes, pièce sur l’insoumission des femmes ; Zamore et Mirza ou l’heureux naufrage, pièce qui s’insurge contre l’esclavage. Brissot, député qui sera à l’origine de la formation des Girondins, est le premier Français à lutter contre l’esclavage ; il importe la Société des Amis des Noirs, créée à Londres en 1787. Olympe y adhère. En 1788, elle publie des Réflexions sur les hommes nègres. Elle y dénonce le colonialisme, l’esclavage et la discrimination. Étonnante modernité.

Elle se passionne pour son pays. Elle publie nombreuses Réflexions qui sont des propositions d’une incroyable modernité là encore. Elle propose de redistribuer plus équitablement les richesses fustigeant « les capitalistes calculateurs qui refusent d’ouvrir leurs trésors ». Elle propose d’ouvrir des maisons pour les plus démunis, maisons qu’elle appelle « maisons du cœur » (De Olympe à Coluche… deux siècles…). Elle propose d’ouvrir des maisons pour que les femmes enceintes puissent accoucher en toute hygiène et en toute quiétude, aidées par des sages femmes. Des maternités quoi. Elle propose une sorte d’assurance sur les catastrophe naturelles, qui préserverait les paysans en cas de mauvaises récoltes (la France est paysanne dans sa presque globalité à l’époque). Elle s’insurge contre la peine de mort. Elle dénonce les conditions de détention en prison.

Et puis, elle écrit et lutte en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes. Dans un siècle où les femmes sont considérées comme épouses et/ou comme mères, soumises à leur père ou à leur époux, Olympe, s’inspirant peut-être du Discours sur la servitude volontaire de La Boëtie, proclame que c’est aux femmes de se libérer de ce joug masculin sous lequel elles se sont librement tenues pendant des siècles. Elle fréquente les salons de Mme Helvétius, épouse de l’audacieux philosophe et parlementaire qui osa s’insurger contre la peine de mort. Elle fréquente le salon de Mme Condorcet, épouse d’un autre éminent penseur. Elle croise dans ces salons Diderot, Chamfort, Condorcet, Beccaria, D’Alembert… Elle s’inscrit au Club de la révolution. Et c’est là, au contact de ces esprits éclairés, humanistes, qu’elle forge son féminisme :

Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir ; vous n’avez qu’à le vouloir.

Et voilà ce qu’elle propose en faveur des femmes : droit de vote, éligibilité, partage des fortunes, droits des enfants à connaître leur père et à hériter, pension alimentaire, protection des prostituées, mariage des prêtres, égalité avec les gens de couleur. Toutes ces idées sont développées dans LE texte d’Olympe de Gouges que tout le monde connaît maintenant : La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne (1791), sorte de pied de nez tout à fait sérieux dans son contenu à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, héritée de la Révolution Française

Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne (1791)
Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne (1791)

Voilà encore ce qu’elle y écrit :

La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune.

Témérité, audace de cette femme qui n’hésita pas à placarder ses propositions dans les rues de Paris. Témérité, audace de cette femme qui n’hésita pas à soumettre ses propositions à la Reine Marie Antoinette… à les distribuer aux Députés qui présidaient alors à la destinée de la France. À une époque où l’un d’entre eux, Sylvain Maréchal pour ne pas le nommer, proposait une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes !

Préambule de la DDFC.
Préambule de la DDFC.

Le 3 novembre 1793, elle est guillotinée, Place de la République. 15 jours après Marie Antoinette.

Retenons encore cette réflexion sur l’humaine condition, qu’elle livre dans La Fierté de l’innocence ou Le silence du véritable patriotisme, et qui fait écho dans nos sociétés, où il s’en faut parfois de peu pour qu’une démocratie devienne tyrannie :

Le sang, disent les féroces agitateurs, fait les révolutions. Le sang même des coupables, versé avec profusion et cruauté, souille éternellement les révolutions, bouleverse tout à coup les cœurs, les esprits, les opinions et, d’un système de gouvernement, on passe rapidement à un autre.

Une mise en  garde contre les sanguinaires et les violents de tous bords…

image 1

image 2

image 3