JULIE VICTOIRE : PREMIERE BACHELIERE DE FRANCE !

A l’heure où les tableaux affichés à la porte des lycées (méthode traditionnelle) ou les serveurs académiques égrènent les résultats du bac 2016, souvenons-nous que cet examen, grade universitaire au Moyen Âge, puis séries d’épreuves instaurées par Napoléon 1er, n’a été accessible pour les filles qu’en … 1861 ! C’est pas le Moyen Âge, c’était presque hier. Et la première jeune femme bachelière de France  s’appelle… Victoire !

VICTOIRE AU LYCÉE

21 décembre 1880 : Camille Sée, député et ami de Jules Ferry, fait voter une loi qui permet aux filles d’accéder à l’enseignement secondaire public. Jusque là, les jeunes filles devaient, pour suivre cet enseignement, se tourner vers les établissements privés et catholiques. Dans les établissements publics, les cours de religion sont alors remplacés par des cours de morale. Progressivement, l’Église n’a plus le monopole sur la vie intellectuelle et spirituelle des filles… L’année suivante, le même Camille Sée fait voter une loi créant une section de formation d’enseignantes à l’École Normale de Sèvres. La mixité n’est pas encore à l’ordre du jour. Il faut donc des femmes pour enseigner aux femmes dans le secondaire.

Victoire Julie Daubié
Victoire Julie Daubié

Julie-Victoire Daubié, née le 26 mars 1824 à Bains-les-Bains dans les Vosges et morte le 26 août 1874 à 50 ans à Fontenoy-le-Château, est la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat à Lyon en 1861, et la première à l’obtenir le 17 août 1861. C’est aussi la première licencié (sans « e », orthographe de l’époque) ès lettres le 28 octobre 1872. Elle sera journaliste.

ET AUJOURD’HUI ?

Où en est-on aujourd’hui de la formation des filles dans l’enseignement secondaire ? Quelques chiffres et statistiques sur ce site de l’Éducation Nationale : ici. On y apprend que : les filles sont moins souvent en retard scolaire que les garçons, quel que soit le milieu social d’origine. Les filles meilleures en français devancent les garçons en sciences en fin de collège. Après la 3ème, les filles s’orientent davantage vers l’enseignement général et technologique. Les filles font plus des choix d’enseignements littéraires et les garçons d’enseignements scientifiques ou technologiques. Conséquence de ces choix, la mixité est rarement atteinte : 87 % de filles en santé-social et 87 % de garçons en sciences de l’ingénieur. En fin de seconde Générale et Technologique, les choix de séries diffèrent : les filles vont davantage vers les premières ES (économie et social) et L (littéraire) et les garçons vers les premières scientifiques…  ce qui produit, encore une fois, peu de parité dans les séries. 41,5 % des élèves des terminales scientifiques sont des filles.

78 % des filles et 70 % des garçons ont le baccalauréat… À l’université, plus de 70 % de femmes en lettres et en langues, moins de 30 % en sciences fondamentales et en Staps (filière sportive). Peu de filles en classes préparatoires scientifiques et peu de garçons en classes préparatoires littéraires. Des filles plus souvent titulaires de diplômes généraux et des garçons plus souvent titulaires de diplômes professionnels. 44 % de femmes parmi les docteurs et 29 % parmi les ingénieurs. 57 % des docteurs en lettres sont des femmes, 38 % de femmes parmi les docteurs en science. À la sortie du système éducatif, les femmes sont plus diplômées. Pourtant, elles ne sont pas majoritaires sur le marché du travail, occupent souvent des emplois à temps partiel, et gagnent moins que les hommes à diplôme et emploi équivalents dans certaines entreprises encore…

L'égalité dans l'éducation des filles et des garçons reste un vaste chantier.
L’égalité dans l’éducation des filles et des garçons reste un vaste chantier.

La convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, signée pour la période 2013-2018 par six ministres,  s’inscrit dans un fort engagement gouvernemental défini lors du comité interministériel des droits des femmes de novembre 2012.
La convention est articulée autour de trois chantiers prioritaires : 1. Acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes. 2. Renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. 3. S’engager pour une plus grande mixité des filières de formation à tous les niveaux d’études. Pour que la parité ne soit plus un vœu pieux…

image 1

image 2

2 commentaires sur “JULIE VICTOIRE : PREMIERE BACHELIERE DE FRANCE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s