COUDEKERQUE BRANCHE. 1918-2018 : LA JEUNESSE DES ECOLES REND HOMMAGE A UNE JEUNESSE SACRIFIEE

Quenau. Pagnol. Brassens. Millon. Chaplin. Courtois. Éluard. La Salle. Sacré Cœur. Tous les élèves de toutes les classes de CM2 de ces écoles primaires de Coudekerque Branche ont accompli leur devoir de mémoire, en participant à une exposition sur le centenaire de l’Armistice de 1918. Et c’est une grande émotion de croiser tous ces enfants, ce matin du 11 Novembre, lors de l’inauguration de la Maison de la Mémoire…

Maison de la Mémoire de Coudekerque Branche.

 

Des enfants qui ont appris ce que c’était que cette Guerre de tranchées, cette « boucherie » qui a sacrifié toute une jeunesse. Et c’est avec un mélange de fierté et de gravité qu’ils ont montré à leurs familles ce qu’ils retenaient, par leurs dessins, de cette Guerre qui devait être la Der des Ders…

Silhouettes de poilus, d’infirmières. Explosions de couleurs pour clamer le « plus jamais ça ! ». Mains qui se serrent pour vanter l’amitié entre les peuples. Colombes de la paix découpées dans des lettres de poilus. Les enfants des écoles ont mis des « mots sur des maux » qu’ils ne veulent pas vivre, comme les a vécus dans sa chair la jeunesse sacrifiée de 14-18…

images : Le Mag∂zoom

ROMEO ET JULIETTE, RATTRAPAGE…

50 musiciens, 50 choristes, 12 danseuses, 4 solistes et 3 Parques. Roméo et Juliette, Espace Jean Vilar de Coudekerque Branche. Si vous avez raté l’événement exceptionnel des 15 et 16 juin derniers, une séance unique de rattrapage, ici…

Photo de Pierre Thouvenot, Orion Productions

 

Montage réalisé par Amandine Plancke, photographe et vidéaste de la ville de Coudekerque Branche.

LOUISE ET LE PAPILLON

Ça pourrait être le titre d’une fable ou d’un conte pour enfants. C’est en fait une belle histoire de courage et de persévérance. Celle de Louise Isaert, 14 ans, nageuse émérite de Dunkerque Natation. Et qualifiée aux Championnats de France Jeunes de Rennes, en juillet prochain. Vous la remarquerez peut-être ce week end aux Championnats de France Promo à Dunkerque. Portrait…

 

20161110_-_Championnats_du_Nord_-_Grande_Synthe_399
Louise Isaert

 

« Papillon, crawl, brasse, dos, 100 m, 200 m, distance, souffle, apnée, force, mental, volonté… » Ce sont les mots qui lui viennent à l’esprit quand on parle de natation à Louise. Son papa, lui, répond « volonté, courage, persévérance, et mérite ». Et elle en a, du mérite, cette petite Coudekerquoise d’1 m56. Elle en a parcouru, du chemin, depuis le Hérisson Nage Club de Coudekerque Branche, qu’elle fréquentait à l’âge de 7 ans. Éric Lefèvre, son entraîneur de l’époque, doit être fier de la voir  se hisser sur les premières marches du podium. 1ère au 200 / 4 nages et 2ème au 100 m papillon au Championnat Interrégional à Metz en 2016 (elle n’avait que 12 ans…). Invitée par Michel Lemoigne, son coach du club Dunkerque Natation, aux Championnats de France Jeunes, à Dunkerque, en juillet 2017. Elle y réalise de très bons temps au relais 4×50 m 4 nages, notamment au papillon, sa nage de prédilection… Elle participe ce week end aux Championnats de France Promo à Dunkerque. Et elle est qualifiée  aux Championnats de France Jeunes qui auront lieu à Rennes, du 18 au 22 juillet 2018. Chapeau bas…

 

 

 

20160703_092647
Louise Isaert, plot  5, aux Inter Régions, Metz, 2016

 

 

L’eau. Elle y plonge chaque matin de la semaine. 7h00-8h30. Elle y finit ses journées. 16h-18h. Elle y passe ses week end, ses vacances. Entraînement de championne pour cette jeune collégienne de 3ème. Entre deux, la journée de cours en section sportive à Guilleminot Dunkerque, s’étire de cours de maths en cours de français. En cours tout court pour préparer le Brevet des Collèges qui se rapproche dangereusement. Louise avoue « stresser » davantage pour cet examen qu’elle apprend à apprivoiser, que pour les compétitions de natation qui sont ses amies depuis si longtemps déjà…

 

stage palma de majorque
Dunkerque Natation en stage à Palma de Majorque, l’été dernier. Louise Isaert, tout sourire, en haut à droite…

 

Son secret pour « gérer le stress » ? Ranger sa chambre (Maman apprécie). Manger des pâtes de fruits. Bouger. Dormir 9 à 10h. Respirer profondément. Écouter de la musique. « Je me mets dans ma bulle ». Avec Columbine, Pierre, feuille, papier, ciseau. Avec OrelSan. Avec la Princesse de Nekfeu. Avec Eddy de Preto. Ça rappe pas mal dans la bulle de Louise quand elle se prépare mentalement pour une compète. Rythme binaire. Martelé. Son adrénaline pour fendre le couloir d’eau de ses bras papillon…

Piscine Maurice Mollet de Coudekerque Branche. Eric Lefèvre, champion du bassin et champion de pédagogie,  lui apprend les rudiments. Elle fréquente alors l’école élémentaire BrassensPiscine Paul Asseman de Dunkerque.  Elle a 10 ans. Elle s’entraîne, avec Marion Mesmaque d’abord, avec Michel Lemoigne désormais. Et Olivier Antoine, directeur sportif du club dunkerquois, jette un œil, à distance… Exigence et bienveillance, en plus de la maîtrise de leur art, sont les qualités de ces entraîneurs qui veillent sur leur petite protégée.

 

2012-01-29 15.35.34
Le petit bout à ses débuts…

 

Ça paie. Des performances d’abord. – de 2’31 au 200 m pap. – de 1’09 au 100 m pap. / bassin de 50 m.

Des qualifications ensuite. Louise dispute le 200 m papillon samedi 19 mai 2018. Et le 100 m papillon dimanche 20. On croise les doigts.

Des sourires enfin. Ceux de ses parents. De son frère Raphaël, qui nage dans les traces de sa sœur. Ceux de sa copine Laura, à qui elle pourra raconter, dans la cour de récré, ses histoires d’eau bleue et de papillon…  

France promo
Affiche officielle des Championnats de France Promotionnels, Dunkerque, mai 2018.

Page Facebook du club Dunkerque Natation : ici. 

Images : Dunkerque Natation et Christophe Isaert. Merci à eux !

 

ROMEO, JULIETTE ET TOUS LES AUTRES…

60 musiciens, 50 choristes, une douzaine de danseuses, quelques solistes… Ils sont donc tout un petit peuple de jeunes de l’École Municipale de Musique et de Danse de Coudekerque Branche à travailler depuis des semaines sur leur nouveau projet de spectacle musical. Roméo et Juliette. Dans les coulisses de l’événement… Par ici…

 

L’orchestre de l’Ecole Municipale de Musique et de Danse, sous la direction de Ludovic Minne.

 

Sébastien chorale
Sébastien Blanquart dirige la chorale.

 

 

chorale
Les enfants de la chorale chantent Roméo et Juliette…

 

Roméo et Juliette. Tout le monde connaît. Un amour fou. Un amour malheureux. Deux familles qui se haïssent depuis toujours. Montaigu. Capulet. Une lettre qui n’arrive jamais. Et deux jeunes gens qui en meurent. Depuis 1582, la pièce de Shakespeare a fait des émules. Des versions cinématographiques de Cukor (1936), de  Zefirelli (1968) et de Luhrmann (1996), aux 24 opéras que les amants de Vérone ont inspirés, en passant par l’adaptation géniale qu’en fut West Side Story en 1957 ou la populaire version française de Gérard Presgurvic en 2001. Les jeunes musiciens, chanteurs, danseurs et comédiens de l’École Municipale de Musique et de Danse de Coudekerque Branche avaient l’embarras du choix pour composer leur spectacle à eux… Sans trop dévoiler, disons qu’ils se sont abreuvés à ces différentes sources, pour préparer ainsi un spectacle unique. Exceptionnel.

 

répétition danse Valérie
Les danseuses, sous la direction de la chorégraphe Valérie Pottier.

 

 

danseuses
Les danseuses écoutent les directives données…

 

Images. Voix. Chorégraphies. Chants. Musique. Tout y est. Les pièces du puzzle s’assemblent petit à petit. Les chants ici, sous la conduite du chef de chœur Sébastien Blanquart. Là les mélodies arrangées par Ludovic Minne et travaillées sous sa baguette par l’orchestre des jeunes de l’école. Plus loin les chorégraphies élaborées par Valérie Pottier. Les surprises en images concoctées par Amandine Plancke. Le travail d’interprétation des solistes, mené par Marjorie Tricot

groupe voix off
Les comédiens ont enregistré des voix off, sous la direction de Marjorie Tricot.

Enregistrement Roméo et Juliette 24-02-18 - Photo Pierre Thouvenot (48)
Emy, Apolline et Chiara en séance d’enregistrement.

Roméo. Julette. Tybalt. Mercutio. Capulet Père. Et même la Mort, qui s’invite dans un étrange trio…

Louis, Louise, Emy, Tristan, Prielle, Shirelle, Apolline, Chiara, Léonie, Maéva, Alicia, Rosie, Margot, Marius, Rose, Antoine, Léa, Baptiste, Ange, Timotée, Roméo, Juliette et tous les autres… Venez les  applaudir en juin…

EPSON MFP image

Roméo et Juliette, spectacle musical, vendredi 15 juin 2018, samedi 16 juin 2018, 20h, Espace Jean Vilar de Coudekerque Branche.

Photos de Amandine Plancke, photographe de la ville de Coudekerque Branche, et de Pierre Thouvenot, Studio d’enregistrement Orion Productions. Qu’ils en soient remerciés ! Affiche officielle, Service communication de la ville de Coudekerque Branche, merci à Madeleine Vandewalle !

 

11 NOVEMBRE A COUDEKERQUE BRANCHE

Le cortège se forme rue Guynemer. Georges Guynemer, aviateur français, né à Paris en 1894, et mort au combat, le 11 septembre 1917, à Poelkappelle, de l’autre côté de la frontière, en pays flamand. C’est dire que cette année 1917, outre qu’elle commémore la prise de pouvoir d’un autre Georges, Clémenceau, permet aux Coudekerquois et au Député Christian Hutin, amoureux de Saint Pol sur Mer, dont il fut le maire pendant des années, de rendre hommage à l’aviateur adopté par notre région.

 

M Hutin Député
M. Christian Hutin, Député.

 

C’est l’occasion aussi pour M. Parents, adjoint aux Anciens Combattants, de rappeler quel rôle important Coudekerque Branche joua dans les combats aériens lors de la Première Guerre Mondiale… Saviez-vous, par exemple, que la Ferme Vernaelde fut, parmi d’autres lieux stratégiques de notre localité, un aérodrome qui regroupa les forces aériennes françaises et celles, britanniques,  qui allaient devenir, en 1918, la Royal Air Force ?

 

M Parents adjoint auxANciens Combattants
M. Jean Paul Parents, Adjoint aux Anciens Combattants.

 

Moment émouvant aussi parce que la jeunesse coudekerquoise est présente pour se souvenir de tragédies qu’elle ne connaît que par les cours d’histoire. Le collège du Westhoek, et son porte drapeau. Les enfants de l’école Pagnol, et sa Marseillaise. Les jeunes du Conseil Municipal des Jeunes, dont c’est la dernière sortie officielle, puisque les élections auront lieu ce mois de novembre. Louise Minne, Maire, Samuel Dumey, 1er Adjoint, Angèle Julien, Simon Weber, et quelques autres, sous la houlette bienveillante de Jean Luc Decreton, responsable du CMJ. Les sortants du CMJ étaient de sortie pour la dernière fois…

 

M. Decreton et le CMJ sortant
M. Jean Luc Decreton et les jeunes élus « sortants » du CMJ.

 

Angèle Julien a lu un très beau texte sur les conditions de vie terribles des « poilus » pendant le conflit. Pour retrouver le portrait d’ Angèle Julien, cliquez ici. Pour retrouver celui de Samuel Dumey, 1er Adjoint, cliquez. Pour retrouver les portraits croisés des deux Maires de Coudekerque Branche, David Bailleul et Louise Minne, cliquez ici.

Angèle Julien et le CMJ sortant

M. le Maire, David Bailleul, n’a d’ailleurs pas manqué de saluer la présence toujours plus nombreuse des jeunes à ce genre de commémoration. Il se dit rassuré que « la relève soit assurée », pour perpétuer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour combattre les nationalismes de tous bords, et pour tenir bien haut le flambeau de la Démocratie et de la République.

 

M le Maire
M. David Bailleul, Maire de COudekerque Branche.

 

Le ciel semblait protéger la  générosité de tout le petit peuple coudekerquois : il n’a même pas plu…

images : photographies LeMag@zoom

11 NOVEMBRE A COUDEKERQUE BRANCHE : DU DEVOIR DE MEMOIRE

Soleil et ciel bleu. Comme un clin d’œil chaleureux du temps qu’il fait au temps qui passe, pour accomplir le devoir de mémoire. Comme partout en France, la commune de Coudekerque Branche honore, en ce 11 novembre, ses morts. Morts pour la France. Ceux de Douaumont ou Verdun. Morts pour que nous puissions jouir pleinement de notre liberté. Beaucoup d’enfants et de jeunes associés à cette cérémonie. Parce que cent ans après, quand aucun survivant ne peut plus témoigner, transmettre est essentiel.

ADRIAM Charles, AERNOUT Théophile,  BASSIMON Georges, BATTEUR Gaston, BECAM Fernand DEMEESTER Auguste, DEMEULEMEESTER Gustave,  FONTAINE Maurice, MARTEAU Lucien MERCIER Arsène, VLASSEMAN Albert, WAESELYNCK Lucien, WASTIAUW Gabriel, WATBLED Marcel
WEEXSTEEN Robert, WILLAERT Charles … Tous Coudekerquois… Et des dizaines d’autres noms… Voilà ce qui reste de la grande boucherie. Une liste de noms, gravés dans la pierre de nos cimetières.

Monument aux Morts de Coudekerque Branche. Année 1916...
Monument aux Morts de Coudekerque Branche. Année 1916…

Qui se souvient d’eux ? Leurs descendants savent-ils seulement qu’ils ont existé, qu’ils ont été enfants, qu’ils ont aimé, qu’ils sont partis un jour de grand soleil, la fleur au fusil comme ils disent, et qu’ils ne sont jamais revenus. Jamais. Corps aimés et aimants engloutis par la terre de Verdun ou de Douaumont. Ou d’ailleurs sur l’immense champ de bataille de 14-18, labour des volontés et des enthousiasmes les plus acharnés. Pluie de mitrailles et d’obus. Rats nocturnes effrayants. Jeunesse sacrifiée dans la boue des puissances se partageant un monde en déliquescence. Relisez Dorgelès. Relisez Barbusse. Relisez Céline. Découvrez Au revoir là-haut de Lemaître. Lisez Cris de Gaudé. Ou parcourez simplement les archives de votre commune. Ils prendront alors un peu vie dans votre imagination, ces noms gravés dans la pierre. Elle prendra à nouveau chair, cette chair à canon, peuple d’hommes sacrifiés.

Explosion sur un champ de bataille, 14-18.
Explosion sur un champ de bataille, 14-18.

Lisez les lettres de ces poilus. À leurs mères. À leurs fiancées. À leurs femmes. À leurs enfants. Comme l’ont fait les filles et les garçons du Conseil Municipal des Jeunes de Coudekerque Branche. Avec le sérieux qui incombait à cette importante tâche.

28 juin 1916. Mon amour. Je t’écris ces lignes, peut-être les dernières, quelques heures avant de monter à l’assaut. Il s’agit de repousser les Allemands, au prix de n’importe quel sacrifice au-delà du village de Fleury (…) Ni ma main, ni mon cœur ne tremble. Tu sais combien je t’aime. Tous les battements de mon cœur sont à toi, ma tendrement chérie, à nos petits, à l’enfant attendu. Je voudrais vivre pour vous tous, mais si je devais tomber, Dieu pourvoirait à votre bonheur. Car je veux qu’ils vivent, mes enfants, pour honorer la mémoire de leur père, pour le continuer, s’il est besoin, à côté de leur petite mère dont ils sècheront les larmes à force de caresses, tous nos petits anges aimés, y compris celui que tu portes en toi, ma douce et tendre enfant. Reçois un baiser ardent, où je fais passer toute mon âme, toute ma puissance d’aimer, de celui qui n’a jamais, auprès de sa chérie, connu que la joie de vivre. Je pars réconforté et confiant (…) Je te confie et je confie nos petits, Jean, Pol, Bernard, celui ou celle qui naîtra demain, au bon Dieu. Et je demande à ma mère, à mes parents, de se souvenir que si ton mari est mort pour la France, celle qui porte son nom a droit à toute la pitié, ou plutôt toute la justice et à tout l’amour des siens. Armand. France.

Les jeunes du CMJ ont lu des textes touchants, lettres et témoignages de 14-18.
Les jeunes du CMJ ont lu des textes touchants, lettres et témoignages de 14-18.

Puis le drapeau de la commémoration du 1er conflit mondial fut transmis : d’un jeune du collège La Salle à un jeune du collège du Westhoek. Passation de la flamme. Du souvenir. Et puis les enfants de l’école élémentaire Pagnol ont chanté. La Marseillaise bien sûr. Mais aussi une émouvante chanson qui raconte le quotidien d’un poilu…

Passation du drapeau entre jeunes de deux collèges coudekerquois, sous l'œil attentif de M. David Bailleul.
Passation du drapeau entre jeunes de deux collèges coudekerquois, sous l’œil attentif de M. David Bailleul.

Ces jeunes-là, engagés dans la vie de leur cité, savent certainement la chance qu’ils ont de vivre dans un pays en paix. Ils savourent leur chance d’aller à l’école, librement, chaque jour. Ils mesurent leur chance de ne pas devoir quitter leur famille, fusil à l’épaule et fleur au fusil, pour aller disparaître corps et âme dans la boue d’un champ de bataille. Ces jeunes-là le savent certainement. Et ils montrent la voie à d’autres. Commémoration, mémoire. Champ mental du souvenir qui, intact, doit aider à envisager l’avenir pour que plus jamais n’existent les champs de bataille.

Photos du Mag@zoom, sauf image 2.

LES REVES D’ANGELE…

Elle a 12 ans, et fait preuve d’une grande maturité, déjà, pour son âge.  Élève de 6ème au Collège La Salle à Coudekerque Branche, c’est l’année dernière, alors qu’elle était l’élève de M. Brygo au CM2 de l’école élémentaire Joseph Courtois, qu’elle a été élue au CMJ. Conseil Municipal des Jeunes. De Coudekerque Branche. Myrtille et Coleen ont aussi été élues. Mais Angèle, elle, a franchi un cap supplémentaire : elle est adjointe. Responsable de la Commission Cadre  de vie et Environnement. Portrait…

Angèle Julien
Angèle Julien

Qui ne tente rien, n’a rien. Voilà l’adage populaire qui a poussé Angèle Julien à se présenter aux élections pour le CMJ, en novembre 2015. Élections organisées dans toutes les écoles élémentaires de Coudekerque Branche. Ce qui a motivé sa candidature ? La conscience aiguë de la notion d’accessibilité. Pourquoi cette préoccupation des problèmes rencontrés par les personnes handicapées pour se déplacer et vivre comme tout le monde dans l’espace urbain ? Un tremblement de terre familial. Et personnel. Son petit frère, Erwann, 7 ans, est lourdement handicapé. À 7 ans, Erwann est « comme un nouveau né ». Il ne sait pas marcher. Il ne sait pas bouger. Il ne sait pas manger. Bref, il est totalement dépendant pour vivre. Alors que les petits garçons de son âge perfectionnent leur apprentissage de la lecture et de l’écriture, jouent au foot dans les cours de récré, Erwann, lui, se bat pour exister. Et Angèle vit le handicap de son petit frère chaque jour que Dieu que fait. Et chaque jour que Dieu fait, elle assiste au combat de sa maman, Laetitia, pour porter à bout de bras cet enfant qui ne peut rien faire d’autre que vivre.

Angèle et Erwann, son petit frère
Angèle et Erwann, son petit frère

Angèle trouve sa maman « bien courageuse de s’occuper de 4 enfants, dont un lourdement handicapé ». On comprend maintenant l’engagement d’Angèle dans la ville de Coudekerque Branche au sein du CMJ. Elle se rend compte que certains établissements ou commerces sont difficilement accessibles pour les personnes en fauteuil. Certains trottoirs même ! Et cette toute jeune fille a à cœur de faciliter l’espace urbain à tous ceux qui ont du mal à se déplacer.

Son regard a d’ailleurs changé. Elle dit elle-même qu’aujourd’hui ses responsabilités, en tant qu’adjointe, lui ouvrent les yeux sur les personnes en difficulté. De l’indifférente petite fille qu’elle était, elle est devenue une adolescente sensible, altruiste et engagée. Et elle regarde aussi d’un autre œil les événements auxquels son mandat lui a permis d’assister. La Journée de la Déportation, le 24 avril dernier. La Commémoration du 8 mai 1945. La Fête Nationale du 14 juillet. Toutes ces manifestations, qu’elle regardait jusque là à la télévision, elle les a vécues en tant qu’élue. Et c’est avec beaucoup de solennité, d’émotion et de respect qu’elle y participe. Se sentant investie, vraiment, de sa mission. Elle tient aussi à participer aux réunions du mercredi après-midi. Maison de quartier du Vieux Coudekerque. Les jeunes élus se rassemblent en commissions. Et sous la houlette et les moustaches bienveillantes de Jean Luc Decreton, responsable de ces Apprentis Citoyens, ils travaillent à un avenir meilleur pour leur ville et ses habitants.

Angèle Julien au centre. Louise Minne, Maire du CMJ à droite. David Bailleul, Maire de Coudekerque Branche à gauche, le 14 juillet 2016.
Angèle Julien au centre. Louise Minne, Maire du CMJ à droite. David Bailleul, Maire de Coudekerque Branche à gauche.

Les rêves d'Angèle...
Les rêves d’Angèle…

Angèle danse, aussi. C’est sa passion depuis deux ans. Et elle a hâte du prochain gala. Angèle regarde la télévision, avec sa maman. Angèle rêve de devenir pâtissière. Elle est imbattable pour les croissants et pour les macarons au bubble gum. Angèle écoute de la musique. Les chanteurs populaires d’aujourd’hui, bien sûr. Mais Renaud aussi. Et ses Mistral gagnant. Comme un goût d’enfance trop vite passée. Comme celle d’Angèle, confrontée aux dures réalités. Comme un goût d’enfance perdue, ou pas vraiment vécue, comme celle de son petit frère…

 

images 1, 2 et 4 : photographies personnelles d’Angèle Julien.

image 3 : photographie Le Mag@zoom