LES REVES D’ANGELE…

Elle a 12 ans, et fait preuve d’une grande maturité, déjà, pour son âge.  Élève de 6ème au Collège La Salle à Coudekerque Branche, c’est l’année dernière, alors qu’elle était l’élève de M. Brygo au CM2 de l’école élémentaire Joseph Courtois, qu’elle a été élue au CMJ. Conseil Municipal des Jeunes. De Coudekerque Branche. Myrtille et Coleen ont aussi été élues. Mais Angèle, elle, a franchi un cap supplémentaire : elle est adjointe. Responsable de la Commission Cadre  de vie et Environnement. Portrait…

Angèle Julien
Angèle Julien

Qui ne tente rien, n’a rien. Voilà l’adage populaire qui a poussé Angèle Julien à se présenter aux élections pour le CMJ, en novembre 2015. Élections organisées dans toutes les écoles élémentaires de Coudekerque Branche. Ce qui a motivé sa candidature ? La conscience aiguë de la notion d’accessibilité. Pourquoi cette préoccupation des problèmes rencontrés par les personnes handicapées pour se déplacer et vivre comme tout le monde dans l’espace urbain ? Un tremblement de terre familial. Et personnel. Son petit frère, Erwann, 7 ans, est lourdement handicapé. À 7 ans, Erwann est « comme un nouveau né ». Il ne sait pas marcher. Il ne sait pas bouger. Il ne sait pas manger. Bref, il est totalement dépendant pour vivre. Alors que les petits garçons de son âge perfectionnent leur apprentissage de la lecture et de l’écriture, jouent au foot dans les cours de récré, Erwann, lui, se bat pour exister. Et Angèle vit le handicap de son petit frère chaque jour que Dieu que fait. Et chaque jour que Dieu fait, elle assiste au combat de sa maman, Laetitia, pour porter à bout de bras cet enfant qui ne peut rien faire d’autre que vivre.

Angèle et Erwann, son petit frère
Angèle et Erwann, son petit frère

Angèle trouve sa maman « bien courageuse de s’occuper de 4 enfants, dont un lourdement handicapé ». On comprend maintenant l’engagement d’Angèle dans la ville de Coudekerque Branche au sein du CMJ. Elle se rend compte que certains établissements ou commerces sont difficilement accessibles pour les personnes en fauteuil. Certains trottoirs même ! Et cette toute jeune fille a à cœur de faciliter l’espace urbain à tous ceux qui ont du mal à se déplacer.

Son regard a d’ailleurs changé. Elle dit elle-même qu’aujourd’hui ses responsabilités, en tant qu’adjointe, lui ouvrent les yeux sur les personnes en difficulté. De l’indifférente petite fille qu’elle était, elle est devenue une adolescente sensible, altruiste et engagée. Et elle regarde aussi d’un autre œil les événements auxquels son mandat lui a permis d’assister. La Journée de la Déportation, le 24 avril dernier. La Commémoration du 8 mai 1945. La Fête Nationale du 14 juillet. Toutes ces manifestations, qu’elle regardait jusque là à la télévision, elle les a vécues en tant qu’élue. Et c’est avec beaucoup de solennité, d’émotion et de respect qu’elle y participe. Se sentant investie, vraiment, de sa mission. Elle tient aussi à participer aux réunions du mercredi après-midi. Maison de quartier du Vieux Coudekerque. Les jeunes élus se rassemblent en commissions. Et sous la houlette et les moustaches bienveillantes de Jean Luc Decreton, responsable de ces Apprentis Citoyens, ils travaillent à un avenir meilleur pour leur ville et ses habitants.

Angèle Julien au centre. Louise Minne, Maire du CMJ à droite. David Bailleul, Maire de Coudekerque Branche à gauche, le 14 juillet 2016.
Angèle Julien au centre. Louise Minne, Maire du CMJ à droite. David Bailleul, Maire de Coudekerque Branche à gauche.
Les rêves d'Angèle...
Les rêves d’Angèle…

Angèle danse, aussi. C’est sa passion depuis deux ans. Et elle a hâte du prochain gala. Angèle regarde la télévision, avec sa maman. Angèle rêve de devenir pâtissière. Elle est imbattable pour les croissants et pour les macarons au bubble gum. Angèle écoute de la musique. Les chanteurs populaires d’aujourd’hui, bien sûr. Mais Renaud aussi. Et ses Mistral gagnant. Comme un goût d’enfance trop vite passée. Comme celle d’Angèle, confrontée aux dures réalités. Comme un goût d’enfance perdue, ou pas vraiment vécue, comme celle de son petit frère…

 

images 1, 2 et 4 : photographies personnelles d’Angèle Julien.

image 3 : photographie Le Mag@zoom

QUAND LES JEUNES DU CMJ DE COUDEKERQUE BRANCHE SE SOUVIENNENT…

24 avril. Journée Nationale du Souvenir des victimes de la Déportation. Ils ont bravé le froid, la pluie, et leur émotion, pour rendre hommage aux déportés et porter la mémoire d’événements qu’ils n’ont pas connus. Entourés de plus anciens, trois jeunes représentants du CMJ de Coudekerque Branche se sont recueillis ce dimanche et ont retracé les grandes lignes du procès de l’horreur, Nuremberg. Retour sur ce moment digne et émouvant.

Stèle à la mémoire des Déportés, Cimetière de Coudekerque Branche.
Stèle à la mémoire des Déportés, Cimetière de Coudekerque Branche.

La Seconde Guerre Mondiale, Goering, les camps de concentration et d’extermination, la cruauté généralisée en empire… Tout ça, ils n’en avaient que vaguement entendu parler. M. Jean Luc Decreton, Coordinateur du Conseil Municipal des Jeunes, les a initiés avec beaucoup de tact et de justesse à ces tristes pages de notre Histoire. Qui ? Les enfants du Conseil Municipal des Jeunes de Coudekerque Branche. De jeunes élus âgés de 8 à 10 ans…

Louise Minne, Maire, au centre. A droite : Angèle Julien, Adjointe. A gauche, Samuel Dumey, 1er Adjoint.
Louise Minne, Maire, au centre. A droite : Angèle Julien, Adjointe. A gauche, Samuel Dumey, 1er Adjoint.

Ils étaient trois ce dimanche. Louise Minne, Maire. Samuel Dumey, Premier Adjoint. Et Angèle Julien, Adjointe. Ils avaient travaillé leur diction, appris à maîtriser leur souffle et leur stress pour lire. Lire une synthèse du déroulement du procès de Nuremberg. Et leurs jeunes voix ont ému l’auditoire présent. Un auditoire concerné. M. Jean-Paul Parent, Adjoint délégué aux affaires scolaires, à la tranquillité publique et aux anciens combattants. Le Capitaine de Vaisseau  Gaël Verpiot, Commandant d’Armes de la Marine Nationale de Dunkerque. Les Anciens Combattants. Portant drapeaux et dignité.

Gaël Verpiot, Commandant d’Armes de la Marine Nationale de Dunkerque et Jean Paul Parent, Adjoint aux Anciens Combattants.
Gaël Verpiot, Commandant d’Armes de la Marine Nationale de Dunkerque et Jean Paul Parent, Adjoint aux Anciens Combattants.

Du 20 novembre 1945 au 10 octobre 1946, les plus hauts dignitaires du nazisme comparaissent dans le tribunal de la ville de Nuremberg. Le choix du lieu est lourd de sens : Nuremberg est, dans les années 1930,  berceau du nazisme et terreau de la doctrine de l’aryanisme. Le NSDAP ( le parti national socialiste = le parti nazi), la SS (escadron de protection), le SD (service de sécurité) et la Gestapo (police politique) sont reconnus organisations criminelles. 12 condamnés à mort dont Goering, Commandant en chef de la Luftwaffe et ministre de l’Aviation, personnage clé du IIIème Reich. 3 condamnations à la prison à perpétuité dont celle de Rudolf Hess :  compagnon influent d’Adolf Hitler dès ses débuts politiques,  représentant officiel auprès du parti nazi (chef de la chancellerie du NSDAP) et principal rédacteur des lois de Nuremberg qui fondent le nazisme. D’autres condamnations à des peines de prison longues sont prononcées. Nuremberg invente un chef d’inculpation : le crime contre l’humanité. Voir à ce propos notre précédent article : ici.

C’est ce que nos trois jeunes ont rappelé. Parce qu’il est essentiel de faire savoir qu’il n’ait pas de crime impuni. Parce que la connaissance du passé doit éclairer le présent et orienter l’avenir. Parce que si nous voulons que la paix ne soit plus un mot vide de sens, il faut sans cesse porter haut les valeurs humanistes de respect et de fraternité. Ce message de paix, celui de Gandhi, on le retrouve d’ailleurs sur le parvis de l’Hôtel de Ville :

Si tu veux la paix dans le monde,
il faut la paix dans ton pays.

Si tu veux la paix dans ton pays,
il faut la paix dans ta région.

Si tu veux la paix dans ta région,
il faut la paix dans ta ville.

Si tu veux la paix dans ta ville,
il faut la paix dans ta rue.

Si tu veux la paix dans ta rue,
il faut la paix dans ta maison. 

Si tu veux la paix dans ta maison,
il faut la paix dans ton cœur.

Alors, que la paix soit dans tous les cœurs…

image 1

images 2 et 3 : avec l’aimable autorisation de M. J.L. Decreton. Qu’il en soit remercié !

SAMUEL DUMEY, 11 ANS, 1ER ADJOINT À LA VILLE DE COUDEKERQUE BRANCHE

Mercredi après-midi. À l’heure où certains enfants répètent leurs gammes en école de musique. Ou slaloment entre des cônes de couleur, ballon de foot au pied. Ou s’égayent dans des aires de jeux avec les copains. D’autres, se réunissent et réfléchissent à des solutions pour améliorer la vie de leurs concitoyens. Ils sont élus au Conseil Municipal des Jeunes de Coudekerque Branche. Et sous la houlette bienveillante et la moustache bien gauloise de Jean-Luc Decreton, ils travaillent. Leur 1er Adjoint ? Samuel Dumey. Son portrait, ici…

Photo àla une
Samuel Dumey, 1er Adjoint au Conseil Municipal des Jeunes de Coudekerque Branche.

Il a 11 ans depuis peu. Il est élève de CM2 de l’École Brassens. Sa maîtresse, Mme Grumellon, est plutôt gentille me dit-il. Il aime les maths. Le calcul, c’est son point fort. Peut-être un futur adjoint aux Finances de la ville ? Ou à la Culture : il aime la chanson (il ne rate pas The Voice ! ). Il aime la peinture aussi. Surtout celle de Kandinsky. Saint Georges contre le dragon par exemple ? Un peu David contre Goliath. Jeune garçon luttant contre les injustices pour le bien de sa ville. Ça lui ressemble un peu, à Samuel. Avec son regard clair plein de détermination et d’enthousiasme.

Wassily Kandinsky, Saint Georges contre le dragon.
Wassily Kandinsky, Saint Georges contre le dragon.

Tient-il cela de ses parents ? Fabrice, commerçant, réparateur, au service des autres… Delphine, éducatrice, au service des enfants…. Peut-être bien une fibre familiale : se rendre utile. L’enthousiasme et l’énergie sont entretenus pas le sport. Le badminton plus précisément. Samuel est un vrai fan. De ses deux frères d’abord, tous les deux champions de bad. Du sport en lui-même : Samuel s’entraîne régulièrement. Et dispute des tournois, au niveau départemental s’il-vous-plaît ! Fan de l’équipe de Badminton de Grande Synthe. Fan de deux icônes aussi : Lee Chong Wei, champion malaisien, et  le chinois Dan Lin, champion du monde en titre depuis 2013. Ses yeux pétillent quand il parle de ces deux stars du badminton.

Quand on évoque son engagement pour la ville de Coudekerque Branche, Samuel affirme que cela lui semble naturel. Il s’est présenté aux élections, en novembre 2015, de sa propre initiative. Il a été élu représentant de son école au CMJ, puis 1er adjoint. Notons déjà un certain don tactique et stratégique : J’ai su convaincre les conseillers élus de mon école de voter pour moi. Les élus de son école ? Nicolas Dumetz, adjoint. Et les conseillers : Rose Lutsen, Lucas Boffa, Killian Dequidt, Ilyès Benali. Il dit bien s’entendre avec la Maire du CMJ, Louise Minne. Ils ont des projets et s’investissent dans les 3 commissions : Sports et Loisirs, Solidarité et Citoyenneté, Environnement et Cadre de vie. Comment définit-il la Liberté, l’Égalité, la Fraternité et la Laïcité ?

La Liberté, c’est ce qu’on peut faire, mais dans le respect de la liberté des autres. On ne peut pas faire ce qu’on veut… Tous les gens ont les mêmes droits : c’est ça l’Égalité. La Fraternité, c’est se considérer les uns et les autres comme frères et sœurs. La Laïcité, c’est ne pas se moquer des gens qui sont différents, qui n’ont pas la même couleur, la même religion. Et c’est ne pas mettre en avant une religion.

Samuel, 1er Adjoint, une belle âme d’enfant au CMJ.

image 1 : photo LeMag@zoom.

image 2